au départ du train certaines familles aspergent le wagon d'eau !!

vue du train la forêt de sibérie

maison de bois à Irkoutsk

maison de bois dans le centre ville d Irkoutsk

ferveur enfantine

cathédrale de l Epiphanie à Irkoutsk

1er septembre.12H:je pénètre dans l'ambassade de Russie pour récupérer mon visa. Pas de problème ,il m'est remis contre une signature et 46 dollars..et un sourire de l'employée (rare pour être signalé)

16H30 le train pour Irkoutsk prend le départ.Sur le quai les familles aspergent les wagons d'eau...serait-elle bénite ? Nous traversons la steppe mongole verte parsemée de troupeaux de chèvres , moutons et chevaux mais sans arbre, avec en arrière plan ses montagnes arides .

23H arrêt du train à la frontière mongole.La jeune douanière ,très aimable,vérifie les passeports, l'identité des passagers,contrôle le compartiment, fait soulever les banquettes pour s'assurer qu'il n'y a pas de passager clandestin, jette un œil sur les bagages et part dans un bureau avec les passeports.Ils nous serons remis à peine un quart d'heure plus tard avec le tampon de sortie..

24H arrêt du train à la frontière russe.Pas moins de huit militaires sont présents pour les contrôles du compartiment.C'est d'abord une fonctionnaire ,qui caméra au poing,va filmer les occupants du wagon;deux militaires viennent ensuite faire une première vérification des passeports et non seulement l'étude du visa est minutieuse, mais la comparaison de la photo établie sur le passeport avec la réalité physique est l'objet de plusieurs commentaires...russes. Une militaire va procéder à l'enregistrement électronique du passeport avec la date et l'heure d'entrée..nous sommes le 2 septembre et il est 1h17.Le tampon d'entrée sur le territoire est appliqué sur le champs.Nous sortons du compartiment car deux autres militaires vont soulever les banquettes, et contrôler les bagages .Accompagné d'un chien,un fonctionnaire traverse le wagon, le berger allemand sentant les grosses valises ou les cartons douteux;La fin de cette cérémonie prend fin :le chef vient faire un dernier contrôle visuel.le train repart..il est 2H 40

Je suis dans le trans-sibérien..je suis un peu chez moi!! Ne m'appartient-il pas ..Comme beaucoup de Français mon grand-père avait souscrit à l'un des nombreux emprunts d'état lancés par la Russie dont les titres n'ont jamais été remboursés. ..Ce train va se faufiler dans la taïga et ses superbes forêts de bouleaux aux troncs d'une blancheur immaculée, à travers des tourbières fumantes, des prairies encore vertes et longeant des villages aux maisons traditionnelles de bois noir et aux volets décorés et peints de couleurs vives. Elles sont différentes des isbas qui sont toujours faites de rondins. Après avoir longé le lac Baïkal,depuis Tankhoï, j'arrive à la capitale de la Sibérie orientale,la jolie ville d'Irkoutsk avec son demi-million d'habitants.Oui !! jolie aujourd'hui, mais il ne faut pas oublier qu'elle fût tristement célèbre à une autre époque, celle des goulags . l'hostel est situé dans le centre ville et la visite peut se faire à pied .Plusieurs lignes de tramway sillonnent la cité et malgré leur vétusté, elles sont le moyen le plus économique pour se déplacer , le billet coûtant douze roubles ( et 1€=73 roubles) ; cette ville possède l'architecture en bois la plus belle de toute la Sibérie et un quartier -Kvartal- a été entièrement reconstruit avec des maisons et des bâtiments en bois,à la décoration raffinée et les couleurs des encadrements des fenêtres et des volets ont des couleurs particulièrement chatoyantes ; c'est un lieu de promenade où la belle part est réservée aux restaurants- qui rivalisent avec la beauté des façades , des descentes de gouttières en forme de vases ,des toits de couleurs vives et le plus surprenant : le seul véritable centre commercial moderne de la Sibérie orientale avec la présence remarquable des magasins à enseignes françaises : l’Occitane, Yves rocher, Cartier, entre autres..Ville des églises et des musées, cette municipalité mérite son nom de « Paris de la Sibérie ».L'église de l'Elévation de la Croix, de style baroque possède de magnifiques icônes et plusieurs agencements de briques arrondis et élaborés, l'église du Sauveur, en pierre a conservé des traces de fresques d'origine sur sa façade, la cathédrale de l’Epiphanie est un ensemble de petits bulbes couronnant des tours blanches, roses et vertes.L'intérieur est un festival de fresques de style byzantin avec des saints auréolés. Sur un marché,les personnes ayant un jardin, viennent proposer quelques tomates, pommes de terre ou choux,mais le plus inhabituel pour moi, est certainement les étals de champignons.. Les musées sont nombreux et évoquent l'histoire de la ville, la vie à Irkoutsk, la région, et l'art régional.A quelques kilomètres au sud d'Irkoutsk,le musée d'architecture et d'ethnographie de Taltsy présente une impressionnante collection de vieux bâtiments sibériens, installés dans une forêt (avec beaucoup de champignons!!). Entre les fermes on découvre deux chapelles, une église un moulin à eau et la tour de guet du XVII siècle.Lieu d'un autre temps dont la reconstitution est parfaite..l'imagination faisant le reste !!

Le centre d'Irkoutsk est un mélange de modernisme avec ses habitations en immeubles et d'ancien avec la conservation des nombreuses maisons de bois,  même si certaines ne sont pas en très bon état .De leur façade délavée se dégage une intense mélancolie.On distingue derrière les rideaux brodés toutes sortes d'objets anciens, posés sur l'appui de fenêtre et souvent une belle plante (voir photo!)

Vous n'êtes pas sans savoir que depuis un mois un feu brûle la forêt autour du lac Baïkal et empêche les touristes à se rendre à l'île d'Olkhon . Je suis déçu, car à Turpan en Chine, j'avais rencontré un jeune couple, qui sur l'île avait été  accueilli par un Pope qui parle français.Mais pour se rendre dans la Sibérie profonde d'autres moyens sont à notre portée..je vais me rendre à Severobaïkalsk par le train,partant à 18H30 le vendredi d'Irkoutsk pour arriver le dimanche à 10h 30.La vie dans ce train, au milieu des Russes sibériens est une expérience car l'attitude des personnes est liée à leur histoire et si en apparence tout a changé, on sent parfois quelque chose qui rode silencieusement...l'ombre de STALINE!!! Chacun s'observe, se mesure, s'évite dans un climat de suspicion et il est difficile de s'intégrer et l'étranger porte bien son nom : L'étranger!!A la fenêtre du train le paysage de cette mythique Sibérie défile : des centaines de kilomètres faits de forêts impénétrables, forêts de bouleaux , de sapins et de frênes, très peu de villages ou même de hameaux (ne l'oublions pas:3 habitants au kilomètre- carré ) ; Dans le wagon la provodnitsa est maîtresse à bord; elle vérifie les billets avant l'embarquement, distribue les draps, s'assure que le samovar est toujours rempli d'eau bouillante et veille à la propreté du wagon..pour cela elle fait équipe avec un boy qui passe la serpillière, l'aspirateur et qui vient réveiller les passagers en pleine nuit lorsqu'ils arrivent à destination. Severobaïkalsk est une petite bourgade de 25.000 habitants située au cœur de la Sibérie orientale, au nord du lac Baïkal. C'est un ancien campement d'ouvriers des chemins de fer crée dans les années 1970,une ville faite d'immeubles sans âme, mais la nature sauvage et la présence du lac en font un lieu d'exception pour les randonneurs et amateurs d'aventures dans la forêt sibérienne. Ce sont les villages des environs (Nijneangarsk et Baïkalskoe) qui méritent d'être visités et l'arrivée du train n'a rien changé dans les habitudes de ces sibériens. Des maisons, en bois de couleur bleue ou verte avec des volets superbes dans leur décoration, au bord des longues rues sont habitées par des pêcheurs.Un cousin du saumon et de la truite fait le bonheur des gourmets: l'omoul que l'on trouve en abondance dans le Baïkal. Dans une superbe église (St Innocent) des femmes s'activent nettoyant des dorures déjà éclatantes, dépoussiérant des icônes propres alors que l'on entend une voix féminine psalmodiant des chants orthodoxes.Dans les rues quelques side-cars sont encore en état malgré leur bel âge !Quelques bateaux sont ancrés au ponton du port..la pluie tombe.Le silence est étourdissant, l'air est pur..personne ne se montre, des enfants avec les costumes-uniforme (les garçons portent des cravates)  sortent de l'école silencieusement.Un chien aboie à mon passage.une vache en liberté rumine..une vie sibérienne qui pourrait être la vie d'un de nos villages européens près d'un lac..rien de plus dans la « normalité » !!SAUF que le magasin d'état (alimentaire) est ouvert de 8h à23h !!

Mercredi je reprends le train pour une autre ville sibérienne, la grande ville de Krasnoïarsk. Elle jouit d'un cadre attrayant au cœur d'une région vallonnée, hérissée de formations rocheuses...en avant pour une nouvelle découverte au travers de cette Sibérie tellement déconcertante et enivrante, tellement étonnante mais attachante !!

nous sommes le 9 septembre 2015

la forêt sibérienne sur des centaines de kms

arrivée du train à Sererobaïkalsk

Eglise du village de Nijnengarsk

par un temps pluvieux le village de Baïkalskoe

le lac Baïkal vu de la côte

Baïakalskoe l'église en bois

maison de bois dans le village

enfin une rencontre ..d'un autre temps..