la cité interdite à pékin

changement de bougie ..on élève les wagons avec de puissants crics
et le remplacement se réalise en une demi-heure

départ sur le quai de pékin

entrée du train en Mongolie

Le 19 août 11H22 je suis dans le trans-mongolien en destination d'Oulan-Bator capitale de la Mongolie...23h15 arrivée à la frontière chinoise, la jeune militaire prend mon passeport et vérifie, en comptant sur ses doigts,la validité du visa..il est valable jusqu'à minuit !!..

Après Xi'an et le refus de prolonger mon visa tout va aller très vite.D'abord il me faut trouver un billet de train de nuit pour rejoindre Pékin et je vais faire le voyage dans un compartiment avec Wang, un chinois qui parle un français plus que correct.C'est un jeune homme de quarante ans , marié et père d'une petite fille, patron d'une entreprise créant des jeux sur informatique,employant cinq personnes, et qui a fait des études en France ,à Montpellier ( Bonjour à Laure de ton élève). Wang rêve de créer son entreprise en France, pays qu'il adore!!Avec gentillesse , il va me conduire à l'hostel de Pékin, et je vais me mettre à la recherche d'un billet de train pour sortir de Chine avant le 19 août à minuit.Je vais le trouver au CITS et il n'y a plus que des billets sur couchettes dures..mais l'important est de partir, car il en coûte cinq cent euros par jour d'amende pour un dépassement de date du visa.La visite de pékin va se résumer en un parcours rapide de la cité interdite, en passant par la place Tian'Anmen et au temple des Lamas qui se situe dans le même périmètre.Les contrôles policiers sont nombreux,car dans quelques jours un défilé militaire important aura lieu, avec la présence du président russe et du président de la corée du nord.Les chinois sont très nombreux sur la place et vont admirer l'installation des gradins multicolores pour les officiels.

Se rendre à la gare ferroviaire est facile par le métro qui arrive juste devant l'entrée.Les voyageurs se bousculent pour passer les bagages sous les tunnels de contrôle et se diriger vers les quais de départ.Le voyage dans le train trans-mongolien est une autre forme du périple engagé.Les compartiments sont formés de couchettes dures et occupés par quatre personnes.Les repas (un plat unique composé de légumes et viande) est servi dans un wagon restaurant et c'est le chef de bord qui indique les heures des services .Le passage à la frontière dure plus de trois heures : D'abord le contrôle douanier chinois, puis ensuite le changement de boggies..les rails chinoises et mongoliennes n'ont pas les mêmes espacements..les trains mongols circulent sur des rails dont l'écartement est légèrement supérieur à l'écartement standard adopté ailleurs dans le monde.On assiste donc à l'élévation des wagons par d'énormes crics, se désolidarisant des boggies chinoises pour être remplacées par des boggies Mongoliennes .. .Ensuite visite des douaniers mongoles, vérification plus rapide mais plus sérieuse, regardant dans les casiers si un éventuel migrant s'y serait caché !! Le train sillonne les steppes avec son lot de yourtes et d'animaux,traversant vde petits villages dont les toits des maisons sont colorés de peintures éclatantes : des rouges sang,,des jaunes soleil ou tournesol, des bleus azur ou des verts épicéa.. L'arrivée à Oulan-Bator vers 14h30 va me permettre de rendre visite à l'ambassade de Russie pour obtenir un visa pour continuer la route du trans-sibérien. Dix jours sont nécessaires pour avoir le précieux sésame.Pour le logement ,sur un forum, j' avais noté la description favorable d'un hostel, situé au centre ville.L'ambiance est jeune, et conviviale,son gérant Vincent est d'un bon conseil et accompagne ses hôtes au marché typique de la ville.La petite marmotte,si vous vous rendez à Oulan-Bator c'est l'adresse pour vous loger...et vous ne serez pas déçu! L'attente du visa laisse le temps pour visiter la Mongolie, en se rendant chez l'habitant et vivre dans des Yourtes.C'est d'abord le désert de Gobie avec les troupeaux de chameaux, de chevaux, de chèvres et de moutons, avec ses canyons et ses dunes de sable.L'accueil est particulièrement chaleureux et la nourriture , parfois surprenante,permet de vivre une expérience étrange..Boire du thé au lait salé, boire du lait de jument fermenté, manger un fromage sec et qui laisse une haleine qui tue une mouche passant dans le souffle,déguster des buuz (genre de raviolis avec de la viande de mouton),et puis ce que les mongols appellent Barbecue, une large cuvette où l'on a placé des pierres, des carottes, des pommes de terre et de la viande de mouton et abandonné sur le feu pendant une heure..et qui donne un repas délicieux.La vie nomade des mongols en yourte est une vie rythmée sur la vie des animaux..Le mongol, perché sur sa moto procède au regroupement des troupeaux, son épouse effectue la traite des chèvres et des vaches; Les enfants , comme dans tous les pays sont les rois, et les garçons , dès l'âge de six ans sont déjà d'admirables cavaliers..Le nord de la Mongolie ressemble à nos forêts alpines :les mélèzes, les cours d'eau, et les prairies..on pourrait se croire en France si ce n'était la présence des Yourtes !

Demain 1 septembre, récupération du visa russe et départ sur le trans-sibérien à 16H30..destination le lac baïkal

 

oulan6bator

chameaux de bactriane

yourte dans le désert de gobi

porte de la yourte

dunes chantantes

canyons du désert

des six ans...à cheval!!