avant d'arriver à Xining ..les prairies occupées par les moutons

la grande mosquée de Xining dans le quartier de l'ethnie Hui .

le plus vieux temple du monastère de Kumbum

le plus important est la grande salle aux tuiles d'or, ce temple est celui qui reçoit le plus de visites

le temple des textes sacrés en beurre de yak

dans le temple bouddhique une belle rencontre..souriante

chine 9 Xining

La route de Zhangyé à Xining me fait traverser les monts de Qilian-Shan en passant par les villes de Obo et Qingshizol.Je ferai attention en arrivant à Datong, pour ne pas commettre la même erreur que deux jeunes cyclistes italiens..ils parcouraient la route menant vers Xining avec une caméra sur le casque. Arrêtés par la police ,ayant filmé une zone militaire,ils se sont vus confisquer passeports, vélos et attendent la convocation...ils sont susceptibles de payer une forte amende, et n'ayant plus de papiers il ne leur reste qu'à patienter...Au départ de Zhangyé les paysages sont somptueux avec les monts enneigés de la montagne en  toile de fond ;Tout le long de cette première partie de la route, assez plate,des centaines de serres occupent le sol, parfois la série est interrompue par des champs de blé ou de colza ;ces champs de colza,au bord desquels les apiculteurs ont disposé des ruches et vendent aux automobilistes du miel parfaitement clair...la concurrence est dure car ils sont nombreux. La route est bordée de peupliers, ce qui donne l'avantage d'avoir une ombre permanente, mais ce fut de courte durée car la pluie est venue perturber ma progression.. Des petits villages agricoles sont déserts dans la journée, les personnes sont aux champs..c'est l'époque!!En pénétrant dans les gorges du Lenglung ling, le changement est radical: Au début ce sont des roches brutes,grises, sans aucun arbre, une gorge avec au fond une petite rivière de couleur ocre,qui coule doucement.Plus on monte plus les paysages changent,et lorsqu'on sort de ce passage, les premiers prés verts sont sur les collines environnantes. La montagne devient une montagne d'alpage et dans les prés les troupeaux de moutons gardés par des bergers tibétains,deviennent de plus en plus importants; des tentes apparaissent, toutes blanches, faisant des taches sur ce vert lumineux. Côté pratique de la chose, à côté des tentes l’inévitable moto est préférée aux voitures .C'est la période de la tonte et les ballots de laine ,disposés au bord de la route attendent que le camion du ramassage passe.Si les bergers surveillent les moutons avec leur moto, auprès des tentes les femmes s'occupent en fabricant des fromages,tout en surveillant les enfants. Dans un vallon des tentes sont groupées et le mouton a laissé place au Yack .Ils sont plus dispersés, et occupent le haut des monts. Je vais monter un col assez raide, je croyais le monter, mais un automobiliste complaisant me prends à son bord.Nous faisons une halte en haut, pour admirer la vue, gachée par un temps brouillassé et deviner que nous allons descendre dans une vallée; C'est un changement radical en quelques kilomètres:je suis passé d'abord par une plaine après Zhangyé, puis un col « alpestre »à une altitude de près de 3000m pour redescendre sur un plateau qui restera jusqu'à Xining aux alentours de deux mille mètres. Cela veut dire aussi que le climat change.Si nous avions un soleil de plomb en partant de Zhangyé, le plomb a fondu en cours de route et nous laisse un climat frais , pluvieux, et rafraîchi...ce temps ne contrarie pas les statistiques pour le mois de juillet qui est l'un des mois les plus humides dans cette région.

Xinig est la capitale de la province du Qinghài et compte plus d'un million deux d'habitants.Son altitude est de 2250m et le temps peut être chaud et ensoleillé, comme il peut être brumeux et pluvieux .La population est composée de trois ethnies musulmanes ( hui, salar et ouïghour) ,de tibétains et de hans. C'est une grande ville où la circulation est intense malgré des avenues très larges et un défilé de bus urbains imposant ; Pour 1 yuan on peut aller de l’extrême nord de la ville à l’extrême sud, ce qui représente plus de quinze kilomètres.Comme toutes ces villes chinoises la construction d'immeubles fait le plein, il y en a de partout, dans la ville et en dehors de la ville.Un seul mot :impressionnant .Je suis logé dans un hostel , et comme dans les très grandes villes il se trouve au 15 ième étage d'un immeuble.Plusieurs appartements sont divisés en dortoirs et en chambres,le prix est modique et autre avantage il est près du centre .

Un tiers de la population est musulmane et donc la présence de quatre-vingt mosquées n'est pas étonnante, mais la principale, l'une des plus grandes de Chine, est dans le centre, à côté d'un superbe marché de rue.Nous sommes en période de ramadan et à la prière de treize heures, il vaut mieux déguerpir : Les musulmans arrivent par toutes les portes et sont nombreux !! la mosquée est du style typique chinois.La place couvre 30.000 m2 de superficie et est dallée de pierres;Sur deux côtés des portiques et se dressent deux pagodes très hautes.Vous vous doutez que la salle de prière est interdite aux non-croyants, mais les jardins peuvent recevoir notre visite..Ce qui est incroyable , c'est que beaucoup de Huis aiment se faire prendre en photo..à condition de la leur montrer. Le soir à l'hostel je rencontre un Français de soixante ans, Dominique, facteur à Paris qui voyage en Chine ; Nous allons ensemble, en prenant un bus local, visiter le musée de la culture tibétaine;dans la section astronomie nous découvrons un très grand mandala en sable, mais la principale curiosité en est un remarquable thangka de 618m de long, qui résume une partie de l'histoire tibétaine. Le bâtiment est neuf , aéré avec des plafonds d'une grande hauteur et un personnel accueillant . Devant ce bâtiment un très grand jardin avec des massifs de capucines rouges, des arbres, des bancs...mais pour qui? le musée étant hors de la ville, ce jardin d'eden n'est pas fréquenté, dommage !!

Je vais consacrer une journée entière à la visite du temple Ta'or connu sous le nom de monastère Kumbum.Il est situé à 26 kms de Xining au sud.Il compte parmi les six grands monastères de la secte du bouddhisme tibétain des Gelugpa,secte dite des bonnets jaunes ;on pénètre dans l'enceinte de ce lieu religieux par une grande porte pagode,suivi d'une série de chörtens blancs, puis un dédale de ruelles me mène vers les divers temples . Les fidèles, vêtus de costumes ethniques, apportent des offrandes, font tournoyer les moulins à prière en récitant des mantras, s'agenouillent ou s’allongent sur le sol en guise de prosternation .Ce monastère est consacré au bouddhisme lamaïque et il comprend un ensemble immense d'édifices : temples, stupas, portiques, palais et les lieux d'habitations des moines . La grande salle aux tuiles dorées se trouve au centre du monastère ;Le faîtage du toit est rehaussé de sculptures dorées représentant des daims, des bannières et des vases religieux. C'est le lieu de prière le plus fréquenté. Les fidèles en font le tour dans le sens des aiguilles d'une montre. Ils sont tous mélangés,pas de classification, égalité pour tous : les moines, les femmes en habits traditionnels, les jeunes chinoises en short,les hommes avec les chapeaux en cuir et les enfants qui suivent les parents..Devant l'entrée du temple, face à l'immense statue de Bouddha, quelques fidèles et quelques moines joignent les mains au-dessus de leur tête puis les joignent à nouveau sur leur cœur avant de plonger bras en avant, glissant sur les planchettes fixées sur les mains et s'allongeant sur des petits matelas disposés sur le sol . Ils recommencent l'opération des dizaines et dizaines de fois tout en récitant des mantras..Des centaines de moulins à prière sont disposés dans les deux cours qui permettent d'accéder au temple et tous les fidèles ,sans exception font tourner sans cesse ce mode de prière du monde bouddhique.Le premier temple a été érigé sur le lieu de naissance présumé du fondateur de la secte des bonnets jaunes ,et il abrite de nombreux objets anciens, des fresques et des broderies ; pour moi,l’intérêt de ce temple est qu'il expose des sculptures en beurre de yack : elles sont faites par les moines durant l'hiver et conservées dans des vitrines réfrigérées ; Les moines ne peuvent pratiquer longtemps cet art car ils sont obligés de travailler dehors à mains nues. Cela a pour effet de provoquer des lésions à leurs mains . C'est un art de fabrication; ils créent des formes diverses en beurre : des figurines humaines, des fleurs, des oiseaux, de jolis bâtiments, et des bêtes .L'ensemble représente certains épisodes de la vie de bouddha ou des scènes populaires.

.Un autre temple connaît un succès certain..attiré par le bruit d'un tambour qu'un moine frappe à intervalles réguliers on pénètre dans une cour où un figuier géant procure l'ombre et la fraîcheur. Le temple abrite une pagode d'argent et les fidèles en font le tour en priant .C'est dans la rue principale qui dessert tous ces temples bouddhiques que les groupes de visiteurs se rassemblent , bien souvent accompagnés d'un guide. Mais ce qui est frappant ,c'est la grande piété des bouddhistes; je laisse de côté des touristes et je ne vois que les pratiquants , absorbés dans les prières et vivant leur foi en intégralité. Un mot encore, pour dire qu'à chaque fois que j'ai demandé à prendre une photo, c'est avec le sourire que l'on m'a répondu, même si c’était non.

Xining est une capitale provinciale, une ruche active dont la population semble être toujours active:les rues sont pleines de monde, le centre grouille..et au milieu de tout cela, la gymnastique matinale des employés des grands magasins, ou des établissements étatiques apportent un air de surréalisme dont personne ne fait plus attention..sauf moi,qui suis à la fois admiratif et dubitatif. J'imagine les employés de Casino, le matin sur le parking faire des mouvements de gymnastique au son d'une musique entraînante...Ce serait une révolution !!

Je suis tout près du Tibet, et il serait ridicule de ne pas rendre visite à cette région tant décriée; aussipour quelques jours je vais quitter la route de la soie et me rendre à Tongren une ville réputée pour ses monastères et pour la production de thangkas. Sa population est composée de tibétains et de tü ,mais j'attends beaucoup de la rencontre avec les bergers dans les pâturages...en espérant que le temps sera clément et me laissera la possibilité d'admirer des paysages.

l'entrée du monastère avec ses huit chortens blancs, et les fidèles qui commencent leur prosternation

cohue devant le temple ..prosternation ,on en fait le tour à pied c"est la circumambulation dans le sens des aiguilles d'une montre

les sculptures en beurre de yak...

secte des Gelugpa ou " bonnets jaunes"..on y entre très jeune

le chemin des moulins de prière ...

la dernière photo...je lui ai demandé si je pouvais faire son portrait...REACTION