difficile de savoir ici, si un homme est ouïghour ou hui

des haricots verts comme vous n'en avez jamais vus...et ils ont été coupés en deux ou trois

jour de marché

la découpe du mouton par "la bouchère" hui

dans le village, la rue aux façades carrelées ,et derrière le portail , cachée de tous, la maison.

dans le village un four solaire: dans une parabole, quelques miroirs et le tour est joué..l'eau est chaude

Dunhuang est bien une oasis de verdure, car quelques kilomètres plus loin ,c'est le désert qui reprend ses droits.Il est toujours aussi aride et la pluie qui était tombée, a du avoir un effet contraire car si elle avait amené des températures plus clémentes, aujourd'hui le soleil est bien plus ardent et les thermomètres ne vont pas résister à cette montée en puissance.Ces paysages inhospitaliers et lunaires sont pourtant parsemés de monticules de terre( qui sont des tombes) avec une stèle noire .Qui vient donc procéder à des enterrements dans des lieux si imprévisibles et éloignés de toute civilisation.

J'arrive dans un village, vous dire lequel m'est impossible. L'écriture sur les panneaux -quand il y en a -est du mandarin. J'arrive en comparant le premier caractère, à reconnaître le nom d'une rue,donnée par le guide, c'est insolutionnable pour le reste!! Les ruelles qui arrivent dans la rue principale ont toutes un canal et l'eau est abondante.La caractéristique de ces villages est qu'ils ont des façades  carrelées de faïences blanches, percées par des portails donnant accès à des maisons privées.Ces maisons sont identiques : derrière le portail, une grande cour et sur les côtés les habitations.Ainsi chacun vit en vase clos sans que les voisins puissent avoir un regard sur l'autre propriété.Je crois que cela est commun dans les pays d’Asie centrale C'est jour de marché, un jour comme les autres..il y a toujours du monde quand il s'agit d'achat de légumes et de viande...Ce qui est étonnant c'est la longueur des haricots verts..Sont-ils vendus au mètre? Tous les fruits et légumes de la planète sont représentés , de la courgette au chou-fleur, de l'ail à la tomate,du champignon au basilic ou pour les fruits de la mangue à la pastèque,et de la pêche à la pomme..Même si ce n'est pas la saison..ils sont tous présents !Aucun prix est affiché, mais tous ces vendeurs connaissent bien la clientèle, car les consommateurs achètent sans discussion.Les fruits sont chers pour le niveau de vie ici ,que ce soit à la campagne ou en ville: quatre pommes valent un euro et une banane cinquante centimes, par contre la pastèque coûte un yuan le kilo c'est à dire 0,15 euro.Puisque je parle prix, sachez qu'un pain rond (diamètre de 30cm) coûte 0,50 €, la bouteille d'eau minérale de 600 cl vaut 0,30 € et le coca-cola en bouteille de 600 cl, 0,70€ ; Le lit dans un dortoir est de 8€ à 10 € et une chambre individuelle, avec sanitaires communs revient à 15 €. Pour la nourriture, le traditionnel bol de pâtes coûte environ 2€, suivant l'accompagnement.Dans ce village, autre étonnement de ma part: l’ingéniosité des chinois !je passe à côté d'une parabole de télévision, mais celle-ci est au sol..à l'intérieur de la parabole des quantités de petits miroirs..on a soudé au centre une tige métallique avec un support rond, permettant de poser..une théière; Le principe est simple,le four solaire renaît..l'eau est très chaude. Les maisons, avec les portails d'entrée décorés sont les unes à côté des autres et souvent le mur extérieur est carrelé de faïences blanches.

Située à l’extrême ouest du corridor d'Héxi,entre les montagnes Qilian-Shan et les monts Hei-Shan la passe de Jiayuguan était déjà sous les Hans un poste avancé.Cette ville marque la fin symbolique de la grande muraille,la limite occidentale de la chine impériale. Elle fut surnommée« la bouche » tandis que le Hexi fut appelé la gorge.A l'époque, au delà de cette limite ,les gens pensaient que les monstres habitaient dans le désert .Pendant longtemps cette hypothèse resta dans les esprits.Ensuite ce sont les hordes barbares d 'Asie centrale qui se sont manifestées..et là, la dure réalité a fait place à l'imagination puérile.....

En arrivant dans cette ville de 200.000 habitants , Je vais suivre les instructions du guide et prendre le bus n°4, qui me conduit au centre ville.Des grandes avenues ( comme d'habitude) avec sur le côté une route pour les scooters ( qui avant servait aux vélos) se terminent par des trottoirs piétonniers( mais les piétons sont peu nombreux aujourd'hui) ;

L'hostel recommandé n'a plus l'autorisation de recevoir les étrangers..cela devient coutumier, mais l’hôtelier me marque sur un papier, l'adresse de celui qui a le bonheur de recevoir les étrangers...et comme d'habitude une bonne âme chinoise vient à mon secours.Ce brave garçon va m'accompagner jusque devant la porte de mon lieu de séjour ..il est content et me serre les mains avec grand sourire.La politesse chinoise, avec les courbettes n'est pas surfaite. Lorsqu'on vous rend la monnaie sur un achat, on vous présente les billets des deux mains, la seconde sert souvent à désigner les billets, le tout accompagner d'une légère courbette..Si cela est vrai dans beaucoup de cas de figure, cette politesse ne prévaut pas dans les files d'attente ; On ne se gênera pas pour vous passer devant et au besoin vous bousculer.L'hôtel se trouve en plein centre, entre deux marché-bazars distincts , vous allez comprendre :L'un vend du porc et son armature est en dur ,l'autre vend du mouton et du bœuf et l'allée est couverte par des toiles pouvant être démontées .Je résume grossièrement les deux tendances, mais le marché de Fuquiang débouche sur ..la mosquée,et surtout il est fréquenté par les Huis, l'autre, le marché de Jingtié draine les hans. Le second bénéficie de toute la restauration, ayant des structures adéquates...mais la bonne entente entre les deux communautés permet de retrouver les uns chez les autres et les autres chez les uns !!!Le fort de Jiayuguan est l'image d’Épinal de le chine occidentale.Il a été complètement rénové et l'affluence est conséquente :une vingtaine de cars sont sur le parking et celui des voitures affiche complet !!Deux portes pour entrer et sortir de ce monument sont diamétralement opposées : l'une à l'ouest, l'autre à l'est . Elles sont surmontées de tours hautes aux avant-toits recourbés. La porte de l'éveil, comme son nom l'indique ,c'est la grande porte d'entrée et des doubles grilles servaient à piéger les envahisseurs . De la porte de la conciliation sortaient les ministres,les poètes, les criminels et les soldats exilés condamnés à sombrer dans l'oubli .A l'intérieur du fort, par des allées cavalières, on rejoint la double enceinte qui mettait en sécurité les personnes à protéger.Le fort fut surnommé « passe imprenable sous le ciel ».Les bâtiments du style traditionnel chinois impérial, avec des toits en tuiles vernissées de couleur bleue ou verte,des avant-toits recourbés , aux charpentes décorées de dessins aux couleurs vives sont placés dans la seconde enceinte; la promenade sur les remparts , avec une vue splendide sur les monts enneigés au fond et sur le désert devant, est de loin le lieu préféré des visiteurs .Moins belle la vue sur la ville..du moins du point de vue écologique..la ville est polluée par toutes ces usines utilisant encore du charbon comme combustible et les grandes cheminées crachent les fumées sur cette ville en pleine construction; Deux centrales thermiques sont à l'orée de la banlieue et bientôt ,avec l'évolution rapide, seront en plein centre ville !!La grande muraille se terminait à neuf kilomètres de jiayuguan. Je n'y suis pas allé. Une très belle exposition se trouve sous un chapiteau, à l'entrée du fort et montre les efforts fournis en 1987 pour restaurer cette portion de l'édifice. La main d’œuvre était nombreuse ,et tous participaient les hommes comme les femmes. L'exposition montrait la photo d'avant, puis en dessous la photo de maintenant..une façon efficace pour faire la comparaison .

Je reprends la route, mais les cent soixante dix kilomètres de désert restant, je vais les faire en bus; ma prochaine étape sera Zhangyé;le climat sera moins chaud,car nous arrivons sur les contrefort du Tibet et la visite de Mati-Si à quelques kilomètres de cette ville devrait me permettre de rencontrer des moines bouddhistes dans leur monastère, et de visiter un site exceptionnel de grottes creusées à la gloire de Bouddha.

la porte d'entrée du fort ou porte de l'éveil

la porte de sortie ou porte de la conciliation

l'intérieur du fort

porte d'accès à la partie protégée par la double enceinte.Beaucoup de monde pour la visite..

les remparts..d'où le nom du fort, "passe imprenable sous le ciel"

l'autre face de la ville...dure réalité mais la photo ne saurait mentir