arrivée au village de Sugun..un garagiste..heureux de me voir

coté droit..une étendue de sable, de roches parsemée de buissons

erreur!! un panneau ..mais pour quelle route.

un cimetière dans le désert..depuis combien d'années?

coté gauche ...la montagne au loin

Le désert du Takla-makan...hier je ne savais pas, aujourd'hui je suis riche de cet enseignement.C'est une semaine difficile sur une route baptisée 314,prise entre une autoroute, pas ouverte, et une voie de chemin de fer, par une température hallucinante et une végétation inexistante.Ce désert est une étendue de sable et de rochers inhospitalière . Il est accolé du côté gauche, à la montagne aux couleurs tellement différentes selon les heures de la journée et sur le côté droit, à perte de vue des cailloux,du sable et, de temps en temps quelques arbrisseaux.J'ai connu des temps différents:Tempête de sable (petite), orage (rapide et violent)et chaleur épuisante. La route est droite sur des kilomètres et on en voit jamais la fin !! Et où sont donc passés les habitants? personne ne peut vivre dans ce contexte..et je n'ai rencontré personne.Il m'a été difficile de camper, bien que l'espace ne manque pas, mais de même qu'à la recherche d'ombre l’après-midi, j'ai trouvé refuge sous les ponts , souvent sous la voie de chemin de fer( ou passent deux trains par jour ).Cette route génère très peu de circulation,et je me suis demandé à quoi pouvait servir cette autoroute toute neuve et toute belle avec des grillages de protection posés tout le long..Et pas encore ouverte à la circulation mais terminée avec ses péages et ses panneaux de limitation de vitesse!!De temps en temps des arbres secs signalent la présence d'un cimetière, des tombes en forme de demi-cylindre en boue séchée et quelques mausolées ..mystère que fait-il ici !! Les camions sont les principaux utilisateurs de cette voie, et je dois dire qu'ils sont plus que sympathiques...A chaque fois que j'ai montré la bouteille d'eau vide,ils se sont (presque) toujours arrêtés, me proposant aussi des fruits ou du pain..par contre aucun ne n'a proposé de me prendre à son bord..je pense savoir pourquoi: les contrôles policiers !! Le matin dès cinq heures, le jour est levé depuis une demi-heure, je plie la tente et range mes affaires..prêt pour le départ..c'est le meilleur moment de la journée ; Vers dix heures ,il commence à faire chaud et à une heure.. stop! Halte obligatoire pendant trois heures, les heures les plus torrides de la journée.A ce moment je peux observer les couleurs des roches et des montagnes qui sont surprenantes et l'on pourrait se croire dans un film de science-fiction ;elles peuvent varier du ocre au rouge ou du vert au marron,et dans le désert des tourbillons de sable sortent de n'importe où et vont mourir contre des rochers...Ainsi va le rythme de ma route.J'aurais pu avoir un problème d'eau, car l'aridité de ce désert n'est pas surfaite, mais les chauffeurs ont suppléé à ce problème ..et puis le poids du sac a été le facteur négatif ..beaucoup trop lourd , car j'avais quatre litres d'eau.La chose positive,c'est une belle expérience, riche en émotions, avec des hauts et des bas mais avec la volonté d'aller plus loin.Sur la route il y a des voitures aussi, et je savais qu'en cas de problème,j'aurais eu un secours..du moins j'ose espérer.

Quand je suis arrivé au village-oasis de Sugun (une dizaine d'habitants dont un garagiste ,au bon accueil, mais musulman pas de photo!!), ma décision a été vite prise:je prendrai un bus jusqu'à Asku, ville que j'avais programmée dans mon périple ;Trois contrôles de police et de l'armée ont ponctué le voyage en autocar;(il n'y a pas si longtemps barbus et femmes voilées étaient interdits de bus ! ) A chaque fois il faut sortir , présenter le passeport ( les voyageurs présentent la carte d'identité, selon votre ethnie la vérification est plus ou moins longue!)) ; Au dernier contrôle nous changeons de région..il faut sortir avec le sac à dos car il doit passer sous le tunnel aux rayons X..et nous remontons un peu plus loin dans le bus qui a passé la barrière de contrôle .L'arrivée à Aksu se fait par une zone importante d'usines,de fabriques, de cimenteries..et autres .C'est la première fois que j'entre dans une gare routière chinoise : mère sécurité n'a pas de souci à se faire!!devant la gare une superbe auto-mitrailleuse blanche avec inscription police et deux militaires armés ,dos contre dos, veillent au bon ordre. A l'intérieur de la gare des policiers,habillés de noir , sont en faction aux diverses portes. Avant de sortir de la gare, nouveau passage du sac sous le tunnel !! Enfin me voila à la recherche de l'hostel qui normalement doit se situer pas très loin..et aidé par une personne j'y arrive pour apprendre que son autorisation pour l'accueil d'étrangers lui a été refusé!!Je n'avais qu'une adresse..Stress !!

A mon secours un homme..il a compris le problème et avec sa voiture part avec moi, à la recherche d'un hôtel..et il me mène dans un superbe quatre étoiles dans un grand parc..le prix est à la hauteur de l'endroit ; Nouvelle explication : je lui demande un hôtel plus modeste..il ne sait pas. Finalement il arrête une voiture de police et explique ma difficulté. Deux jeunes policiers, qui s'amusent d'abord à regarder le passeport, vont être efficaces au maximum..ils vont m'acheter une bouteille de limonade !! et nous partons à la recherche de l'hôtel...coups de téléphone..et nous arrivons dans un hôtel trois étoiles. C'est le policier, kalachnikov à la main qui va négocier le prix: quinze euros la chambre .Le policier me serre la main...remerciements ...Enfin réconfort: une douche !!

Asku est une très grande ville ,entièrement reconstruite: des avenues immenses arborées,bordées d'immeubles hauts et modernes.Je suis amusé à observer avec quel art les policiers au centre des carrefours , perchés sur de petites tours ,utilisaient le sifflet et accompagnaient d'une gestuelle énergique la régulation de la circulation. Comme partout , les vieux quartiers sont détruits et connaissent une nouvelle vie avec des constructions imposantes.Nous ne sommes plus dans une ville ouïghour comme Kashgar, mais dans une ville à majorité Han. La tenue des personnes est européenne :costume pour les hommes et mini-jupe pour les femmes et, bien souvent les coupes des cheveux sont elles aussi, très « dans le vent »,chez les jeunes et même les très jeunes !!

Je vais me rendre à Turpan , ville oasis de la route de la soie;la route devrait être meilleure, bien que située le long du désert, mais la présence de petits villages devraient me permettre de suivre une route beaucoup moins tourmentée. L'avenir le dira !!

 

 

 

l'entrée d' Aksu, une série d'usines

Aksu une ville standard et les mêmes bâtiments sur des centaines de mètres

comme dans toutes les villes ,de grands trottoirs servant aussi de parking (surveillé et payant) pour les voitures

les mamans portent des mini-jupes..les jeunes enfants sont aussi dans le vent...