Un dernier regard sur la chaîne du Pamir...

une vingtaine de kilomètres après Sari-tash, il faut passer un petit col.

passer le col, une descente dans la vallée

kirghize 3 passage des frontières

Le soleil est revenu et dès sept heures, je suis sur le pied de guerre .Hier soir j'ai rencontré quatre motocyclistes australiens ,voulant éviter le problème de la frontière chinoise,ils se rendaient au Tadjikistan.Inutile de vous dire que la nuit fut mauvaise et diverses questions-sans réponses-ont erré dans ma tête.Et si.. Pour comble mon aubergiste m'a fait signe avant de partir: attention en se passant la main sur la gorge; maintenant j'ai été averti par tous,mais comme toujours, je suis du signe du bélier..on fonce. Départ sur la route qui va me mener à la frontière..Oh !! pas longtemps.je suis rattrapé par la police :il n'est pas question de partir à pied .Première vérification du passeport pour savoir si j'avais bien un visa chinois .Sac à dos à terre, j'attends.Un énorme camion arrive;Il est stoppé par les policiers,et suite à la demande des forces de l'ordre,le chauffeur accepte de me prendre à bord.Nous sommes à quarante kilomètres de la frontière kirghize. Trente minutes plus tard:nous nous arrêtons devant une barrière et des militaires nous demande nos passeports, au chauffeur et à moi (deuxième vérification).Une heure après nous arrivons au poste frontière (je croyais, mais non);il s'agit d'un poste d'enregistrement ; Sur un grand cahier,un militaire recopie les indications portées sur le passeport...absolument toutes les indications...une photocopie aurait été plus simple, mais ce poste n'avait pas l’électricité!!(Troisième vérification du passeport!)Le chargement du camion est contrôlé, nous pouvons repartir..le chauffeur serre les mains des militaires, et je fais de même..grands sourires.Il y a déjà deux heures que nous sommes partis et nous arrivons à la vraie frontière kirghize ;avant de pénétrer sur un vaste parking ou des camions attendent..devinez ? Vérification du passeport.Le militaire de faction me fait signe d'aller dans un bâtiment . Un gradé se tient sur le péron, et,me voyant arriver ,vient à ma rencontre..serrement de mains.Il prend mon passeport et il me dit alors : »Bonjour monsieur »Nous entrons dans une vaste salle..je suis le seul client !je dépose le sac à dos sur le tapis du tunnel aux rayons X..la vérification est faite;ensuite il m'accompagne au bureau administratif, et là il est bon d'avoir un passeport biométrique;Il n'aura fallu que dix minutes pour pouvoir reprendre la route..et le militaire qui me dirige vers la sortie...va arrêter un camion pour aller..vers la frontière chinoise.Le chauffeur est sympathique et annonce de suite la couleur : je suis ouïghour.Nous arrivons devant la barrière de la frontière chinoise..ici tout est démesuré;le parking pourrait recevoir des centaines de camions, des grilles en fer forgé décorées ferment le terrain et le bâtiment est un building...Un très jeune militaire- mais peut-on donner un âge -nous demande de sortir du véhicule et de présenter nos passeports (sixième fois);je dois prendre mon sac à dos et me diriger vers le grand bâtiment..Pendant ce temps le chauffeur va se placer derrière une file de camions , car ici les contrôles sont sérieux, très sérieux !! tellement sérieux que le camion doit passer sous un portique armé de cameras- écotaxe?-puis doit enjamber une fosse (peut-être une personne cachée ou de la marchandise illégale cachée sous le camion) et enfin ouvrir le container que trois jeunes militaires se chargent de vérifier. Je regarde, mais un militaire me rappelle à l'ordre, je dois avancer..Comme d'habitude, je présente le passeport, le sac à dos passe sous le tunnel..mais on ne me rend pas le passeport!! Un homme se présente, il a un taxi. Car nous devons absolument prendre un taxi pour traverser les 140 kilomètres de no man'land, celui-ci gardera les passeports des passagers( nous sommes quatre, les autres attendaient que j'arrive pour compléter le taxi) et on lui remet un document , genre de laisser-passer lui permettant de circuler jusqu'au vrai poste frontière qui se situe dans la ville d'Uluggat!! Nous réglerons la note:chacun cent yuans;il est (normalement) interdit de prendre des photos dans le no man'land et les caméras disposées le long du parcours sont dissuasives . C'était la route de la soie !! aujourd'hui les caravaniers s'arracheraient les cheveux.. ..Place a une superbe route à deux ou trois voies, récente certes, avec des garde-fous peints de couleur vert bleuté, avec des ponts enjambant les rivières et parfois les grandes vallées..Les paysages sont superbes, presqu'irréels , même féeriques.La couleur des roches varient du rouge bauxite au gris foncé, des variations de la couleur ocre, avec des plissements de terrain, des rochers comme des carapaces de tortues ; là ,les pénitents des Mées sont devenus une centaine,les demoiselles coiffées des alpes se sont multipliées...a mi-chemin contrôle de police:c'est le chauffeur qui sort de son véhicule et qui présente nos passeport, ainsi que le document;Mais non..trop simple ; Nous sortons tous du véhicule, et a l'appel de notre nom, nous passons de l'autre côté de la barrière.Le taxi-man doit ouvrir le coffre de la voiture et chacun est appelé pour reconnaître son bagage …

Enfin nous arrivons à Uluggat!!Nouss stoppons devant un grand portail fermé..Notre chauffeur se rend à la guérite, sur le parking une vingtaine de camions attendent..Mais nous sommes en Chine!!Nous devons désormais suivre les horaires de Pékin, mais seulement pour les administrations, les banques et les services dépendant de l'état.En résumé pour faire simple : nous sommes arrivés à midi, mais pour l'administration il est quatorze heures et nous devons attendre seize heures pour l'ouverture des bureaux frontaliers .Le chauffeur doit laisser les passeports à la guérite pour enregistrement. 16H15..un garde sort avec un gros paquet de passeports- les nôtres et ceux des chauffeurs de camions- . L'appel est fait ,on nous rend nos documents et on nous demande de nous diriger par une allée bordée de lampadaires vers un énorme bâtiment .L'entrée est somptueuse..Trois fonctionnaires sont aux ordres pour nous recevoir, alors que ce poste de douane est conçu pour recevoir une centaine d'individus,nous ne sommes que six personnes à nous présenter;Un jeune militaire, tout sourire vient vers moi:je suis le seul étranger..et, il va me prendre en charge. Il remplit les documents à ma place, m'accompagne au bureau du contrôleur, attend que le tampon d'entrée soit appliqué,m'aide à mettre le sac à dos sur le tapis, me rend mon passeport..et alors que tous ceux qui m'ont précédé , ont eu les bagages ouverts et contrôlés,mon sac à dos n'est pas ouvert et le jeune militaire m'aide à le mettre sur mes épaules..il me serre la main, et m'indique la sortie.

Je suis en Chine..pied de nez à l'office de tourisme d'Osh !! Mon passeport a été utile,et sûrement très beau..il a été contrôlé DIX fois dans la journée !!

 

des plissements de roches,

nous approchons d'uluggat...