rencontre avec le berger..au chapeau tres cow-boy

dans les champs les femmes preparent le terrain pour les plantations

sur le marche un roi : le pain (nan)

carte de Qo'Qon a Ferghana

elle vend les toupies (chapeau ouzbek) qu'elle confectionne

un chemin a l ombre, mais le bas cote de la route est mon quotidien

 

De Qo'qon je repasse une dernière fois devant le palais Khudaiar, où des femmes, comme tous les jours, s'activent à nettoyer avec de larges balais les abords de l'admirable monument.Ma première destination sera Bagdad (!). La route est très large mais malheureusement les arbres sur les côtés ne peuvent m'abriter du soleil, par contre étant donné que je suis au fond de cette immense vallée il n'y a pas de montée et donc pas de descente...terrain plat!!mais je dois marcher sur les bas côtés de la route, les champs arrivant à la lisière de ceux-ci ; Dans les ceux-ci les femmes sarclent ,binent méthodiquement ; En plein soleil certaines portent un blouson sur leur robe. Serait-ce une constatation : plus on serait couvert moins on aurait chaud ? Et ou sont les hommes me direz-vous ? Certains sont dans des parcelles de terre glaise et participent à la fabrication des briques en terre...le soleil est tellement ardent que le séchage doit se faire dans les heures qui suivent! Bien que ce ne soit pas la saison de la récolte du coton, les tracteurs où sont accrochées deux remorques pleine de la précieuse fleur,vont et viennent en direction de l'usine de traitement.Certains hommes tiennent petites boutiques de vente de liquide ,souvent réfrigérées,au carrefour des routes; et puis avec toute cette circulation l'activité commerciale doit draîner pas mal de travailleurs ..Avec les gilets fluo orange les employés des routes par groupe de cinq ou six tentent de combler les nids de poule..
la vallée de la Ferghana est un véritable trésor agricole : des vignes suspendues, comme des treilles,des abricotiers, des vergers de pommiers, des cerisiers dont les petits fruits encore verts intéressent déjà les oiseaux, et beaucoup de pêchers. Dans les champs les plants de pomme de terre sont bien montés et attendent pour montrer les premières fleurs, les blés sont hauts et les épis formés, mais beaucoup de champs attendent, comme dans les autres régions de l’Ouzbékistan : le coton, les tomates, les concombres ,les melons et mes fruits de l'an dernier ...les pastèques !! L'eau est abondante et provient des monts enneigés que l'on voit sur la droite au loin, les monts du Kirghizistan, bas du Pamir dont les hauteurs varient de cinq mille à sept mille pour le mont Lénine.Vallée hospitalière pour mon campement, les vergers me mettent à l'abri des regards..et me permettent de faire des connaissances imprévues : un petit mulot tenait absolument à venir se coller contre la tente. Il a gratté, et s'est même permis de faire un petit trou sur le côté...un coup debâton..je l'ai vu fuir dans un champ voisin. Pour l'instant je n'ai pas dormi chez l'habitant..il n' y a pas de maison isolée pour m'accueillir et mais peut-être ..A Hamza, c'est un village-rue que je vais traverser sur deux kilomètres;La façade de chaque maison doit mesurer cinquante mètres au minimum, et un portail cache une cour avec un jardin
derrière...comme toutes les maisons ouzbeks. Mais l'originalité ici c'est que devant chaque maison il y a un autre jardin de quatre cent mètres carrés où chacun cultive des plantes différentes : des tournesols, du maïs , de la vigne, des pommes de terre et les plus courageuxont déjà repiqué les plants de tomates , poivrons ou des piments..Le soir ,lorsque je passe, les couples s'activent dans leur domaine et les femmes ont certainement plus de dextérité pour arracher les mauvaises herbes. Je ne parlerais pas des photos prises avec les hommes, surtout les jeunes ouzbeks, des verres de thé bus sur les pas de portes, et de
l'eau offerte.Ici nous sommes dans un pays musulman et l'alcool est interdite..sous toute ses formes.Sur la voie ferrée qui longe la route,des trains de marchandises passent. Les soixante wagons transportent du charbon,des citernes, car c'est à Ferghana que se trouve la raffinerie et les principales usines chimiques et d'engrais...Ferghana, une ville de plus de trois cent mille habitants, troisième ville d'Ouzbékistan!!Comme d'habitude j'ai pris une machroutkas pour accéder au centre ville ..confluent de grandes artères et près du bazar...bonjour l'animation !! en ville, alors que je suis à la recherche d'un hôtel( il y a bien plus de trois jours que je campe, et la loi oblige d'obtenir une « registration ») je suis abordé par deux jeunes gens , dont l'un, Zuxriddin Jurayev, parle très bien français . Je dois dire que la première réaction- tout à fait française-est de se méfier de jeunes inconnus ; Mais au fur et à mesure de la discussion, je m'aperçois qu'ils sont fort bien intentionnés et ont deux objectifs : m'aider dans ma recherche et parfaire leur français .Nous voici donc tous les trois à la recherche de l'hôtel B & B Sonya dans le centre ville...et ils se démènent, demandant aux habitants les indications ,et plus ils se proposent de porter mon sac ...Déception, l'hôtel est définitivement fermé, le propriétaire étant appelé par l'aventure américaine. Problème : il s'agissait d'un hôtel financièrement correct, les deux autres étant des hôtels à touristes...aisés. Mais pourquoi pas essayé de loger chez l'habitant ? C'est ainsi qu'ils me conduisent au 11 rue Al-ferghani, un bâtiment collectif typique de l'époque soviétique...il ne faut pas faire attention à la propreté de l'environnement ( il semblerait que le tuyau d'évacuation des eaux usées soit cassé) et c'est au quatrième étage que mes deux jeunes gens vont sonner...Zuxriddin ,(qui a vingt deux ans) se fait un interpréte très efficace.L'intérieur est propre, les propriétaires, (et Valentina semble mener l'affaire tambour battantet veritable sosie de Madame Sardou jacquie) sont accueillants ; Une chambre est disponible, une salle de bains à disposition et le petit -déjeuner sera servi dans la salle à manger ...affaire conclue !! sitôt l'installation effectuée , un café m'est servi, puis des fraises et comble on m' allume le téléviseur ...une chaine française TV24 ; Le soir le jeune étudiant et son ami m'invite à dîner.En nous rendant au restaurant, je remarque des affiches représentant une famille, avec en son centre, une personne agée et une date 2015 ;le jeune homme m'explique que cette année le thème choisi par le Président est : le respect et l'aide aux anciens( pour ce qui est du respect je m'en suis déjà aperçu!!) ;Si le repas est simple (un peu de crudités et une brochette (chachlyk) la discussion va bon train. Zuxriddin est l’aîné de la famille qui demeure dans une maison particulière à côté de la ville de Namangan. Son père est ingénieur, sa mère infirmière, sa sœur cadette va au collège.Il a la « gnac » des jeunes qui veulent apprendre, la soif de parler français ; Son ambition : obtenir un master pour pouvoir postuler un emploie à l'ambassade de France. Nous avons abordé quelques sujets..il ne comprends pas la position de notre pays sur le mariage gay.. ne comprends pas l'action mené pour Charlie hebdo ...entre autres.Il est très axé sur la religion islamique et connaît plus de la moitié des sourates du Coran ; il fait partie des sunites Khanafides, un branche assez dure, par exemple : cette secte ne veut pas de la présence des femmes à la mosquée .Il est vraiment intarissable sur la religion et me dit qu'il est un petit Imam..et je suis admiratif de son vocabulaire et de sa façon de s'exprimer en français ...et il n'est qu'en deuxième année !!nous parlons ensuite de l'école ; Les enfants entrent en classe à l'âge de sept ans et restent jusqu'à onze ans à l'école primaire.puis accèdent à l'école secondaire et y demeurent jusqu'à seize ans enfin lycée jusqu'à dix neuf ans. Ensuite, comme pour lui c'est l'université pour quatre années ;l'uniforme est obligatoire (même à l'université ), ce sont les parents qui doivent le fournir;Les études sont gratuites;bon élève il a une bourse de cinquante euros par mois et loge dans un foyer.Je ne parle pas politique mais Zuxriddin est un supporter inconditionnel du Président actuel.Je suis étonné par sa maturité d'esprit et de son énergie pour arriver à tout prix à un résultat...mais si j'ouvre bien les yeux, n'en est-il pas de même chez nous? je pense alors mes petits-enfants qui eux-aussi doivent lutter pour avoir des jours meilleurs !!
Visite de Ferghana : c'est une ville dont les avenues sont très larges et bordées d'immeubles, dont beaucoup sont rénovés ou en rénovation . Quelques vieilles maisons( dont l'une date de 1903) sont protégées et doivent faire partie du patrimoine ; Zuxriddin m'accompagne d'abord à l'inévitable bazar, véritable plaque tournante du commerce, où l'on trouve de tout et même, surprenant pour un pays musulman..de la viande de porc ! Mon guide occasionnel m'indique que la vente se fait surtout aux russes de religion orthodoxe; les étals de boucherie sont exposés au soleil et ici pas de bas ou de nobles morceaux, on découpe le bœuf en tranchant directement la pièce:vous aurez du rosbeef ..ou du jarret . Les carpes sont encore vivantes dans des bassines remplies d'eau; un peu plus loin les camions remplis de pommes de terre et d'oignons sont alignés les uns contre les autres et les affaires sont bonnes!!les paysans exposent les bottes de gros radis, les femmes assises au sol font déguster les fraises au futures acheteuses..et puis, nous pénétrons dans le cœur du bazar couvert, immense :Ici tout est rangé;Les allées sont à l'équerre, les étals sont de ciment carrelés, les fruits et les légumes présentés sont ..au garde à vous. Rien ne dépasse,les choux sont empilés,les carottes en bouquets alignés, même les patates sont placées d'une façon pyramidale et, il ne faudrait pas qu'un plaisantin prenne la pomme du dessous !! de temps en temps un marchand de salades composées de carottes et de choux râpés , se glisse au milieu des étals et les marchands de pains sont tous cloîtrés à la sortie du grand bâtiment. Les odeurs de brochettes et des viandes du kebab attirent les gourmands ..ou les affamés.De l'autre côté du bazar sont regroupés les vêtements ( venus de Chine ou de Turquie) et les chaussures.et autres gadgets..en de veritables magasins.
Nous allons visiter une ancienne mosquée derrière le bazar..elle a été reconstruite dans les années 1820. je dois dire que si elle n'a pas le faste des mosquées de Samarkand, celle -ci dans sa simplicité est jolie.Les portes d'entrée sont finement ciselés. Les piliers et le plafond sont peints avec des motifs traditionnels très colorés; la mosquée ne pouvant recevoir tous les fidèles , l'extérieur est aménagé en forme de place ;les étudiants, depuis les événements du 11 septembre sont interdits d'aller prier le vendredi à la mosquée ,certains avaient été arrêtés pour propagation de thèses wahhabites . Le gardien qui nous accueille, nous propose un thé..c'est l'accueil ouzbek !
Poumon de la ville nous traversons un très grand parc aménagé, le parc Al Ferghani, ancien parc du gouverneur(Russe). La statue du mathématicien et astronome est le lieu privilégié des photos de mariage et les cortèges sont nombreux.Vive les maries !!Je ne pouvais quitter cette ville sans rendre visite à un grand voyageur et explorateur:Joseph Martin.Il traversa la Sibérie jusqu'à Pékin, puis repartit vers le Turkestan, avec en tête le projet de suivre la route de Marco Polo, mais il contracta la malaria à sa sortie de Chine..C'est au cimetière de Ferghana que je suis allé le saluer..la route reprend ses droits, destination Andijan, qui se trouve seleument à 60 kms, dernière grande ville avant le KIrghizistan....

 

 

 

hotel chez valentina, un batiment datant des annees sovietiques

monument d Al farghoni,

les bouchers ont demande une photo souvenir !!

dans le bazar..un petit metier :cordonnier

rencontre et invitation

ouzbek de ferghana, reconnaissable a son toupie aux dessins de sa ville(3 u renserses repete 4 fois par cote)