mausolée Rukhobod ou "résidence de l'esprit", mentor de Tamerlan

la Place du Registan avec de gauche à droite : la madrasa Oulough Begh, mosquée Tilla kari et madrasa Chir dor

Khodja abd i daroun et le mausolée du sultan Sanjar

au lever du soleil, côteéde la mosquée Bibi khanum

sur la place du Registan, la madrasa Chir Dor

la porte d'entrée de la mosquée Bibi khanum

gour emir, le tombeau de Tamerlan

samarkand

cette cité légendaire de la route de la soie garde l'empreinte du monde soviétique. Les grands boulevards côtoient les monuments hérités du règne de Tamerlan, les grandes places côtoient de magnifiques et nombreux parcs verdoyants et les hôtels et batiments nationaux ou bancaires côtoient et encerclent la vieille ville. Et merveille des merveilles, le soleil me fait coucou. Les températures remontent à une vitesse vertigineuse, l'après-midi le thermomètre frôle les vingt degres...une amplitude de dix-huit degrés !!Quand on arrive à Samarkand c'est une impression de grandeur, ne serait-ce que par les avenues qui mènent au centre-ville et à la vieille ville ou se situent tous les monuments importants .Dans un perimetre restreint, ici tout est immense. De ses trésors architecturaux, Samarkand a conservé la plus grande mosquée de l'asie centrale- Bibi khanun-, la plus grande madrasa au Registan, et le plus grand complexe de la nécropole Shah -i- Zinda. Merci à Lenine qui fit entreprendre les restaurations afin de sauver la culture du passé et la rendre accessible aux "masses productrices".J'ai choisi un hôtel proche du gour Emir- le tombeau de Tamerlan-,C'est une ancienne maison Ouzbek, avec une cour intérieure et une vigne. Les chambres sont à l'étage, au rez de chaussée, la salle pour le petit déjeuner, un petit déjeuner copieux allant de la confiture de pastèque ou melon aux beignets et finissant avec des oeufs au plat et du fromage., le tout servi dans une vaisselle ravissante....un véritable repas  délicieux L'accueil est cordial...une bonne adresse :hotel Dilshoda..Maintenant c'est l'heure de la promenade en ville .Tout est fait à pied..Toutes les entrées sont payantes !! Sortant de l'hôtel, a quelques pas, se trouve le majestueux tombeau de Tamerlan: le Gour Emir qu'il faut traduire par "le tombeau du souverain."une grande esplanade, pavée de dalles blanches mène à ce mausolée, symbole de la grandeur et de la puissance ouzbek. Le Gour emir est grandiose et c'est Tarmerlan qui avait fait construire ce mausolée pour son petit-fils préfèré et successeur désigné -Sultan-qui périt lors d'une campagne en Perse. L'ensemble architectural était composé de quatre minarets, avec une cour intérieure, bordée de quatre iwans et sur laquelle donnaient: une madrasa (école coranique pour les fils de famille noble) et un kanaka ( résidence des derviches ),. Aujourd'hui on peut admirer la coupole de quinze mètres de diamètre, entièrement couverte de briques glacées de couleur bleue. Le portail est richement décoré.Le tombeau de l'empereur est recouvert d'un bloc de nephrite et les dalles mortuaires sont entourées d'une barrière en marbre. A quelques dizaine de mètres, le mausolée Rukhbod ou "résidence de l'esprit" fut construit sous les ordres de Tamerlan. Il était destiné à recevoir la dépouille de son mentor le Cheik Sagarji et de sa famille. L architecture est simple: Une base cubique surmontée d'un tambour octogonal sur lequel repose un dôme conique. Endroit d'autant plus vénéré, car "on" dit qu'une mêche des cheveux du prophète aurait été enterrée avec la depouille du saint.Le coeur de Samarkand est la place du Registan. Les trois immenses et superbes madrasas Oulongh begh, Chir Dor et Tilla bordent une grande esplanade vide, à recevoir les visiteurs des spectacles son et lumière. Deux gigantesques minarets de trente trois mètres de haut encadrent la madrasa Ouloug begh et 'l'un d'eux est légèrement incliné. Le portail, orné d'une mosaique de briques cuites et de briques émailées de bleu est parsemé de motifs géomètriques. C'était une des plus grande écoles coraniques de l'asie centrale, ou des élèves étudiaient non seulement le coran, mais aussi les mathématiques et l'astronomie,. A l'intérieur de la madrasa une cinquantaine de cellules réparties sur deux niveaux forment une cour carrée. En face de cette madrasa, la madrasa Chir Dor fut érigee plus tard. Des tigres-lions, couleur de feu, ornent un portail lumineux. De chaque côté du portail, deux coupoles en bulbe cannelé coiffent les salles d'étude. Fermant la place au nord, la madrasa Tilla est moins haute que les madrasas sur le côté, mais la facade plus longue ;sur sa gauche, la coupole bleue de la mosquée distingue la madrasa de ses deux voisines. Le haut portail et les deux niveaux de cellules sont décorés de motifs floraux entrelacés et de symboles solaires. Les murs, la coupole, le mihrab sont entièrement décorés de motifs floraux rouge et or sur fond bleu outre-mer. Au bout d'une longue esplanade, bordée d'arbres se dessine la mosquee Bibi Khanun. je me souviens d'avoir vu la photo de cette mosquée dans le livre de B.Ollivier, avec à ses pied un ouzbek avec son turban...cette mosquée a subi une cure de rajeunissement, une cure qui ne cesse pas, puisqu'une parée de Tamerlan, fille de l'empereur de Chine...Comme quoi les femmes sont toujours à l'origine des plus beaux chef d'oeuvre architecturaux, car pour leur plaire les hommes vont toujours au delà du meilleur ... cette mosquée a de beaux restes . Les trois dômes bleus et les portails intérieur auraient besoin d'un traitement énergique et rapide pour arrêter le processus des dégradations entamées...Un peu déçu de cette visite..dommage car la cour est belle avec en son centre un lutrin en marbre blanc sur lequel reposait le coran Osma.Ce fameux coran,deuxième par sa grandeur du monde musulman,dont on dit que les sourates étaient écrites en caractères tellement gros que l'imam pouvait les lire depuis le haut de la colonnade .Suivant cette esplanade pavée et laissant sur le côté le bazar moderne, avec ses vendeuses de pains, de nougats, de fruits et légumes, je me dirige vers la nécropole de Shah-i- Zinda. La nécropole du "roi vivant" est une ruelle qui grimpe dans la colline d'Afrosyab. C'est une succession de tombeaux, tous plus beaux les uns que les autres, le portail d'entrée ou pishtak est flanqué du premier petit passage surmonté d'une coupole.Au pied des quarante marches de "L'escalier du Paradis" se trouve une mosquée avec iwans et colonnades. Tamerlan fut l'initiateur de certains mausolées et en particulier celui de l'émir Hussein, le célèbre commandant turc, que Timour le boiteux( car ayant reçu une blessure au genou,tamerlan boitait) prit pour modèle, celui d'un de ses fils, celui d'une de ses nièces ou il fit graver l'inscription suivante "C'est une tombe ou une precieuse perle a été perdue", celui de sa soeur et celui de Tuman Aka, la plus jeune de ses épouses. Je ne sais combien de femmes Tamerlan a épousé, mais on compte pas moins de quatre tombes consacrées à ses dulcinées !! En fin de parcours le mausolée est celui d'un Saint missionnaire musulman ,qui fut décapité par les infidèles...et la légende raconte qu'il se serait emparé de sa tête et serait descendu dans un puits menant au paradis..cette legende pourrait se confondre avec certains martyrs chretiens.!! la croyance islamique voulant que la proximité du tombeau d'un saint assure une protection dans l'au dela. Tamerlan fit construire des mausolées pour les familles nobles et sa propre famille.Tous ces mausolées sont magnifiques. La couleur bleu est dominante, mais les reflets et les variations de teinte donnent à chacun, une personnalité. Les domes bleus ou simplement en terre cuite, au coucher du soleil; apportent sur la nécropole le faste et la sérénité. Un peu éloigné du centre, Khodja abd-i- daroum est un hâvre de paix..au centre de la cour,un bassin avec quelques arbres centenaires , le mausolée du sultan sanjar et l'iwan de la mosquée s'y reflètent.J'assiste à la sortie des fidèles venus prier dans la mosquee dont la facade est ornée de motifs géometriques, mêlant briques vernissées de bleu et de briques nues...L'imam ,ayant compris que je n'étais pas musulman, me fait signe et rouvre les portes de la mosquée pour une visite rapide; du bois ciselé et travaillé, des tapis..pas de décoration: tout pour la concentration religieuse !! Samarkand est aussi une ville moderne avec ses quatre cent mille habitants...Cathèdrale orthodoxe russe, église armenienne et église catholique sont toutes dans le même secteur. L'université est immense et un panneau à l'entrée ,rappelle aux étudiants que le port de la tenue règlementaire est obligatoire..peinture affichée!! De Samarkand la route va remonter vers le nord pour aller à Tashkent, la capitale, en passant par Jizax , guliston et Chinoz. Les jours sont de plus en plus courts et les rencontres de plus en plus longues, mais seulement trois cent kilometres séparent ces deux villes..et mon visa sera clos le trente octobre....En avant !!!

necropole de shah-i-zinda

la ruelle de la necropole de shah-i-zinda

la porte du Gour emir...la nuit

madrasa oulough begh sur la place du registan

necropole