porte d'entrée de la mosquée de l'Imam

au sud de la place, la mosquée de l'Imam

vue d'ensemble de la place,coté sud-est, avec au fond la mosquée de l'imam et sur le côté la mosquée de cheikh lotfollah

dôme de la mosquée Cheikh Lotfollah

côte Est, de la place la mosquée de Cheikh Lotfollah

Iran 5 de Téhéran à Hispahan

Iran 5  De TEHERAN à ISPAHAN

A 414 kms de Téhéran, au sud, au pied des chaînes Zagros Ispahan est de troisième  ville de l’Iran. Six heures de bus pour m’y rendre,  ne traversant que des régions désertiques, c’est avec étonnement que  je trouve un grand oasis peuplé de plus de deux millions d’hab. Elle doit sa beauté d’une part grâce à  sa rivière Zayandeh  Roud (elle est sèche pour ce mois) et l’autre aux milliers d’artistes et maîtres artisans inconnus qui au cours des siècles ont de leurs mains créer ce musée de l’art et architecture  islamique et iranien. Capitale de l’Iran sous le  règne de Chah ABBAS I, on construit des palais, des  résidences majestueuses, des caravansérails immenses et…des ponts. Je suis arrivé, tout est fermé, sauf les magasins de souvenirs,  car nous sommes vendredi, jour de prière.  M’adressant à un commerçant du centre-ville, pour lui demander ou se situait l’office de tourisme, il me répond en français : aujourd’hui l’office de tourisme c’est moi. Il me fait entrer dans sa boutique, me fait asseoir, m’offre un thé et sors de son placard un plan de la ville en français !!Trouver un hôtel, la aussi mon commerçant a été précieux, m’indiquant un hébergement simple (la chambre mesure 6 m2) avec petit déjeuner (ou l’on sert de la confiture de carottes râpées !!) pour un prix  de  8€, et super bien situé : à dix minutes de la place de l’Imam. C ‘est cela l’Iran.

 .Armé de ce guide, visite de la ville : La place de l’Imam : elle est connue comme l’une des plus belles au monde, avec une longueur de 512 m et une largeur de 160 m ; elle est entourée de bâtiments avec des arcades sur deux niveaux. Quatre monuments historiques se trouvent autour de la place ; la mosquée de l’imam,  l’entrée du grand bazar Qeissarieh, la mosquée Cheikh Lotfollah et le palais Ali Qapu. J’ai commencé  par la plus belle, avec son énorme portail d’entrée : la mosquée de l’Imam, Portail richement décoré avec sa demi coupole recouverte à l’intérieur de stalactites, flanqué de ses deux minarets  élancés et haut de 42m ;Les couleurs sont variées des bleus cobalt, des bleus azur, turquoise ,avec de merveilleuses arabesques florales blanches et or . Déception dans la cour, des tentes sont disposées, afin que les fidèles ne soient pas indisposés par le soleil lors des prières, ce qui empêche de voir les quatre iwans ensemble. La coupole de la salle de prière est recouverte de mosaïque de faïences émaillées de couleur turquoise; Une grande frise de sourates calligraphiées sur fond bleu ressort sur l’ensemble et attire le regard du visiteur. Dans la cour annexe, s’articule une madrasa entourée des cellules pour étudiants. Avec plaisir j’ai rencontré un imam, jeune, parlant un français littéraire, et pendant plus d’une demi- heure nous avons parlé religion et échangé nos points de vue. Très intéressant !! Seconde mosquée : La mosquée Cheikh Lotfollah, mosquée sans cour et sans minaret ne comprend qu’une salle de prière, surmontée d’une coupole sur tambour percé de fenêtres.  Le portail d’entrée  vouté est entièrement orné de petites alvéoles .Elle servait d’oratoire privé du roi et c’est par un long couloir décoré de faïences vernissées aux tons rares, que l'on accède à la salla de prière.  En face, le palais Ali Qapou, édifice somptueux de six étages. L’une des parties importante de ce palais est l’iwan du troisième étage avec son bassin de cuivre muni de jets d’eau. De toute sa hauteur il domine  la place Enfin au nord, se trouve la porte du grand bazar Qeissarieh, un des plus beaux au monde… ce n’est pas mon avis, mais dois-je me rallier à l’opinion générale ? Comme tous les bazars orientaux, il a ses quartiers, et dans différentes parties on vend des marchandises spéciales allant des tapis à l’or, de l’argenterie aux chaussures…Par contre, beaucoup de petits métiers, les façonneurs avec leur marteau et aiguille, martelant sur les plaques  de cuivre ou d’argent, pour de leurs mains habiles donner vie à ces matériaux et créant de magnifiques plats ou de superbes coupes. Quittant la place, suivant les galeries du bazar, je me dirige vers la mosquée du vendredi .Le style d’architecture appartient à l’époque Seljukide et l’utilisation de la brique, dans les façades, les piliers et les voutes est dominante. Dans la cour de la mosquée il y a quatre iwans. L’harmonie entre les ornementations, mosaïques de faïences, décorations de plâtre, inscriptions  d’écriture  montre le génie des artistes de l’époque. J’ai de la chance, le soleil est du bon côté et je peux voir en pleine lumière la porte d’entrée dans  la mosquée et admirer  les belles couleurs des  bleus  dégradés. Je descends vers le sud de la ville pour rejoindre cette rivière, tant décriée…au lit sec. Le pont, à étage,  Khadjou fut construit sous le règne de Chah Abbas II, et à l’époque présentait plusieurs intérêts : La partie supérieure était destinée au passage rapide des calèches, le niveau inférieur était réservé aux promeneurs ; Le plus célèbre pont d’Ispahan est un pont a vannes, servant en période de pluies…pas aujourd’hui. Un autre pont présente intérêt : le pont aux 33 arches ; il mesure 300m de long et 14m de large. C’est le plus grand pont de la ville ; Sur les côtés de la partie supérieure, les couloirs ouverts servent d’abri  , protection contre  les rayons du soleil .J’aurais bien voulu me rendre  à la cathédrale Vank, cathédrale orthodoxe arménienne ,à cinq kilomètres du centre, mais le choix est fait, je suis resté dans le centre !!

Cette visite, imprévue d’Ispahan, mérite tout de même réflexion : avec l’Imam, rencontré à la mosquée de l’Imam, nous pensions que la religion a été le moteur créateur des plus beaux édifices au monde. Que ce soit  chez les chrétiens, les églises, les cathédrales, que ce soit chez les musulmans les mosquées, les mausolées, que ce soit chez les indouistes ou bouddhistes  les splendides temples, chaque religion, pour aller prier son Dieu a fait des efforts incroyables dans la beauté architecturale. L’islam en Iran est un facteur d’union dans la population, comme le catholicisme a été un facteur d’union en France. L’éducation des enfants dans les écoles coraniques, les séminaires peuplés sont les éléments de continuité de la religion islamique…et nous ?

Je récupère mon passeport, avec mon nouveau visa et reprends avec bonheur la route de la soie, ou tout à loisir je pourrais rêver d’un monde meilleur…

 

 

mosquée du vendredi...portail d'entrée ou Iwan

pont khadjou sur la rivière...sèche

côté est de la place, le palais Ali Qapu

porte d'entrée du grand bazar, côté nord de la place

le couloir pour entrer dans la salle de prière de la mosquée Cheikh Lotfollah