des milliers de cierges qui brulent...espoirs , demandes, et
remerciements...

Au coeur de la ville de Sofia des sources d'eau tiède qui font le bonheur des habitants.

NON je ne suis pas arrivé a le faire sourire...bien sûr il ne comprenait pas le français!

moyen de transport fiable ,économique ,et rustique.

jour de baptème dans l'église orthodoxe d' hugia nedelja, dans le centre de Sofia...pressons il y a du monde à la porte!

le théatre national Ivan Vazov situé dans un parc avec son bassin aux cent jets

la cathédrale orthodoxe Alexander nevski de sofia

magnifique petite route en pavés, parallèle à la route nationale et ce pendant plus de vingt kms après la frontière bulgare

 

BULGARIE 1

LA PRESENCE D'UN TRIANGLE A COTE DU PAYS INDIQUE QUE VOUS AVEZ PLUSIEURS CHAPITRES.....UN CLIC SUR CE TRIANGLE: LA LISTE APPARAIT.

Après l’accueil chaleureux de la douanière serbe, j’obtempère  et  me dirige vers son confrère bulgare. Ici non plus pas de tampon. J’insiste, et souriant il part avec mon passeport, dans un bureau annexe. Ce fonctionnaire en revient et me remet le sésame…tampon daté du 5 mai ! A croire que peu de monde a besoin de valider son entrée en pays européen. Je suis assez impressionné par la file de camions attendant de passer la frontière, certains chauffeurs  ont ouvert un coffre sous le camion et cuisinent. Patience et longueur de temps  …nous passons du dinar serbe au lev (bien connu des cruciverbistes) bulgare, je règle la montre en avançant d’une heure, seule l’écriture cyrillique reste.Je commence à m’y faire et le peu de connaissance alphabétique  me permette de comprendre l’essentiel. Premier village bulgare : Dragoman .Pour s’y rendre une petite route parallèle à la nationale, empierrée de superbes pavés en granit et disposés en arc de cercle, et ce, pendant plus de vingt kilomètres. Je me pose la question : A quoi, a qui pouvait-elle servir ? J’arrive dans un village désertique et dans un état d’abandon : des rues défoncées, des maisons en torchis délabrées, quelques magasins  d’alimentation avec l’enseigne « supermarket » et qui ont une surface de 20 m2.Seconde ville :Slivnica. Un peu de modernisme…un ressenti d’Europe. Je quitte à regret cette route pavée et déjà les publicités pour les magasins de Sofia inondent le bord de la route.

Nous sommes le 8 mai et j’entre dans Sofia, cette capitale de plus d’un million d’habitants, j’entre bien sûr par l’inévitable tramway. Les lignes traversent de part en part la ville. Premier travail : information touriste.la personne me remet un fascicule et commente là ou l’étranger doit comprendre certaines façons de faire . exemple : Pour dire oui : faire non, pour dire non :faire oui ! La ville de Sofia est alimentée en eau …minérale( je suis allé vérifier et vu les robinets d'ou sort une eau chaude(!),très bonne pour les reins), donc on peut la boire même aux fontaines dans les rues. Les chiens ne sont pas agressifs mais nombreux dans la ville (plus de 11000) ; La boisson  nationale est le Rakia, issue d’une fermentation de fruits ; »the most popular rakia is made  plums, graps or apricots »La teneur en alcool est de 40 degrés, mais peu atteindre  50/70 !!!! Amateurs, bonjour !! Le matin,les bulgares déjeunent avec une boisson de blé fermentée, appelée Boza, boisson épaisse…genre blédine des bébés et ils accompagnent les repas par le fameux ayryan, yaourt salé que l’on trouve dans tous les Balkans et en Turquie. Une mise  en garde est donnée envers les pickpockets, et il ne faut pas remettre d’argent aux mendiants. Le prix des consommations est donné, façon d’éviter les arnaques, ainsi un café coute de 0,40 à 0,60 maxi, la bière 0,50 à 1 euro,etc…enfin dans ce fascicule j’apprends que les bulgares sont friands de Semki, autrement dit des graines de tournesol et qu’ils sont possesseurs dans leur cuisine d’un Chushkopeck, appareil cylindrique, genre bouilloire électrique, »la plus belle invention du 20 ième siècle » qui sert à cuire les poivrons…chacun accorde de l’importance là, ou son ventre commande !!

Visite de la ville : la cathédrale Alexandre Nevski, cathédrale orthodoxe de style néo-byzantin,  elle domine toute une place avec ses dômes dorés. En  son centre un trône en marbre, avec baldaquins, gardé par deux lions fait figure de royauté…(le lion est le symbole de la bulgarie) il s’agit du trône du Patriarche de l’église orthodoxe bulgare. Un peu plus loin, l’Opéra national, bâtiment très « lourd avec des colonnes immenses et démesurées, tout à fait dans le style stalinien, d'ailleurs la statue de Stamboliski, chef du parti, le confirme et dans une rue parallèle  le    National art gallery. Il s’agit de l’ancien palais royal, qui garde toute la splendeur d’antan, de couleur ocre, en face d’un parc qui rappelle à chacun la période, pas si ancienne, du royaume bulgare. Dans un périmètre  de 200 mètres se trouvent : La mosquée banaya bashi, une des plus vieille de Bulgarie, la cathédrale  catholique Saint Joseph, plus récente puisqu’inaugurée par le pape Jean XXIII  et l’église orthodoxe Hugia nedelja . Je dois dire que si, dans la mosquée, ou je n’ai pu entrer, si dans la cathédrale St Joseph nous étions deux, par contre dans l’église orthodoxe il faut jouer des coudes pour pouvoir circuler. C’est jour de baptême ! Et les couples attendent…Les cierges illuminent la grande nef, les chants de la chorale donnent une note divine…et la queue des fidèles en attente, pour acheter le précieux cierge ne fait que croitre !!Je suis resté. J’ai observé. Comme dises les jeunes je suis bluffé.   Après ce bain religieux, un moment en plein centre de Sofia : Le National Théâtre Ivan Vazov. Impressionnant, c’est le seul  terme que je puis employer pour désigner une telle splendeur, de couleur rouge brique. Une magnifique fontaine aux cent jets complète l’ensemble dans un parc. Enfin, comme tout bon touriste je me rends devant la résidence du Président Bulgare et me fais photographier auprès du garde stoïque, qui doit en avoir marre, mais ne dit rien ! Début de la Sagesse…Dans les parcs je remarque des fils rouges et blancs liés entre eux par des coeurs en plastique,et qui  sont suspendus au bout des branches: Il s'agit d'une tradition porte-bonheur ( comme notre muguet) L'objet en question se nomme:Martenitsa.Blanc comme la neige qui part, rouge comme le printemps qui arrive....Une grande rue piétonne, les Champs Elysées de Sofia ,le boulevard Vitosha prend naissance au palais de justice. Un petit tour dans les rues adjacentes, voir le marché, les petits vendeurs de fleurs au coin des rues, les bouquinistes en nombre, sentir une ville qui à l’approche de la soirée vibre et va connaître une nouvelle vie. tout de même quelques prix en lev, il faut diviser par 2 pour convertir en euros:Choux:0,60 le kg, 3 salades:1,Pomme 0,50 le kg,Tomate 1,40 le kg...et tout à l'avenant. Le réveil sera dur, quand ce pays passera à l'Euro!!Le soleil est revenu, mais a oublié sa maitresse chaleur.

Je vais quitter Sofia, mais avant un mot sur les Hostels : Ceux qui ont parcourus les chemins  de Compostelle connaissent les « alberges ».Le principe est le même : dortoir de 6 ou 4 lits, douches et sanitaires communs et petit déjeuner le matin. L’ambiance est auberge de jeunesse, le prix varie de 9 à 11 euros. Il  est possible d’utiliser une cuisine pour les repas du soir et, l’avantage est que, ces hostels sont situés en centre-ville.

 Je vous présente en diaporama  l’hostel de Sofia : Canapé Connection.Situé en plein centre de Sofia, à pied on visite les principaux monuments de la ville .Pour y accéder un métro est à 2 pas. Une courette, un espace d’air, une entrée sympathique, et surtout un accueil par Miro et Ivo, 2 jeunes. De suite vous êtes à l’aise. Les hostels sont en fait des auberges de jeunesse améliorées…bien faites pour moi ! Visite des lieux, vous vous sentez comme à la maison, ici vous pouvez marcher pied nu, c’est du parquet ! La chambre pour 4 personnes est spacieuse,et avec des lits plus que confortables,et la literie adaptée. Au sous-sol la cuisine est simple mais fonctionnelle et vous voyez que le petit déjeuner du matin vous donne la forme !!J’ai de la chance : me voici invité ce soir  à l’anniversaire de Miro qui a 31 ans…que la fête commence !!

Demain départ pour Plovdiv. Une ville à 150 kms seulement, cinq jours pour découvrir la Bulgarie profonde, cinq jours pour découvrir une nation européenne.