En-tête

En-tête

dans le désert, la forteresse de Merv

caravansérail...ce qui reste de la cour intérieure.

habilléee pour se proéeger la cueilleuss de coton

cuits dans dans des jarres en terre, chauffées au gaz, les pains fourrés de viande et d'oignons hachés appelés Fitchis

Turkmenistan 2 turkmenabat et frontiere

Après la visite du caravansérail, je me mets à la recherche d'un hotel, pour la derniere nuit au Turkmenistan.A ma demande  d' hotel Arzan pas cher,( car voyant un européen,on vous dirige vers les grands hotels de l'ancien temps soviètique,Azan me désigne un hotel vers la gare. Sur mon carnet il écrit en russe son nom. Fort de montrer cette inscription à diverses personnes, j'arrive devant un batiment plutot austèe...je me demande si c'est bien un hotel!.!!Au rez de chaussée, une petite loge d'ou un couple m'a vu arriver...aà pied. Cela les a intrigué. L'homme, agé d'une cinquantaine d'annees, de belle stature,doit etre un ancien militaire; sa femme, rondelette doit étre une "maitresse femme', car c'est à elle que je vais avoir affaire...Ai-je l'argent pour régler la nuit? c'est douze manats (4 euros). Je sors mes billets...la tension est descendue d'un cran ..Passeport.Enregistrement. C'est monsieur qui me conduit à l'etage, dans une chambre à trois lits, mais il précise que je serai seul..Il me montre au fond du couloir une porte :en russe Toilet! j'ai compris, finalement le russe c'est facile !!La literie est vieillote, les couvertures crasseuses, je sors mon duvet..vais voir les "toilet"= deux wc à la turc et un lavabo. Minimum du minimum.Je décide de faire un brin de toilette et de me brosser les dents, puis de lire le guide sur l'Ouzbekistan...mais à six heures trente...toc,toc..C'est madame qui va communiquer par signe: manger ? da, suis-moi..nous redescendons au rdc. Sur le coté de la conciergerie, elle ouvre une porte donnant sur une salle ou des tables et des bancs  font une sorte de cantine. Au fond, son mari cuisine : dans une grande casserole cuisent pommes de terre, carottes, oignons, courge, tomates et autres légumes et part dessus le tout quelques morceaux de viande de boeuf. Cela sent bon, méme tres bon...et quand on a faim, c'est encore bien  meilleur !! Dernier signe :sept heures trente . je règle tout de suite, à sa demade, le repas :6 manats ( 2euros). Lorsque je redescends à la cantine, quelques hommes sont déja attablés. Je m'appréte à prendre place sur un banc,un peu à l'écart...mais je suis appelé par un groupe qui me fait signe de venir à sa table.. Sur le mur je remarque qu'un dessin d'enfant indique les interdits : Interdit de fumer, interdites les boissons alcoolisées, mettre les bouteilles plastique dans une grande poubelle...Le repas est servi, les galettes de pain partagées..Mes compagnons de table s'avèrent tres agréables et courtois :Prenant soin de moi, me servant copieusement, remplissant mon verre de thé, et essayant de communiquer..Je serai bref car    nous sommes restés jusqu'a onze heures, avec des dessins, avec des gestes et des mimiques= par exemple pour me dire qu'ils travaillent sur des pelleteuses, l'un d'eux prend son bras, le plie et met sa main en forme de godet et imite le bruit du moteur=..C'est ainsi que j'ai déduit..ils travaillent tous au fleuve Amou Daria et s'occupent de désensablement sur des bateaux équipés de pelleteuses. Leurs voeux est d'aller en Ouzbekistan, devenir mineurs dans les mines aurifères, ou les mines d'uranium, ou les salaires sont importants. Ils sont tous mariés et retournent chez eux pour le WE...ils bossent dix heures par jour !! Ils voulaient tout savoir sur l'Iran en particulier et de toute évidence, les informations ne passent pas la frontière....tout comme Face de bouc interdit ici !! Le lendemain je pars avec eux, car cette rivière est limitrophe avec l' Ouzbekistan. Ils me laissent à un carrefour: seulement six kilomeres à pied. Je dois dire que ce soir la, j'ai compris que je ne dois pas étre hatif dans mes jugements car si mon séjour au Turkmenistan avait été d'une durée normale, les rencontres et l'hospitalité auraient été une suite de l'Iran.Le peu de jours (trois) attribués par le visa ne m'ont permis qu'une marche de Mary à Merv et le parcours autour de Turkmenabat, sans trop de rencontres, mais plutot des interrogations de la part des habitants. Le désert de Kyzyl Kum ne connait pas de frontière...mais les hommes, oui!! Le poste -frontière est situé en plein désert, pas une maison, pas un arbre, mais des dunes de sable, quelques rares buissons et, un peu irréaliste, un fleuve qui chemine pour aller irriguer les champs de coton du coté Ouzbek, Au poste, il n'y a que 4 camions en attente...et les militaires, surpris de me voir arriver à pied, ouvrent tout grand le portail. Je rencontre un groupe de chinois qui revient de Boukhara, et l'un d'eux, barbu veut se faire prendre en photo avec moi!!.. Après la présentation du passeport , je suis acompagné par un militaire jusqu'au premier local. Ce sera d'ailleurs le seul, les autres semblent affectés aux militaires, gardes de cette frontière.Il aura fallu moins d'une demi-heure pour que les opérations soient menées tambour-battant . Je suis seul à me présenter,et c'est un grade age qui me reçoit...et le bougre est pressé!! La fouille du sac à dos est faite par un jeune militaire et si rapidement que je n'ai pas le temps de le vider totalement....le capitaine m'accompagne au guichet d'un douanier ou le tampon de sortie est vigoureusement placardé en deux minutes..Je sors du poste..un minibus m'attend pour me transporter à un kilomètre, au poste de l'Ouzbekistan.Nous sommes le premier octobre, jour de la fête des professeurs au Turkmenistan ou j'ai vu les préparatifs joyeux de l'évènement..Nous sommes le 1 er octobre et sur mon visa Ouzbek, c'est la date ou je suis autorisé  à entrer en Ouzbékistan  !!

 

femme tadjik ...aux dents d'or !!!

batiment tout neuf ,tout blanc et bleu avec des domes...il s'agit de teatre

au marché les femmes turkmèmes toutes avec des foulards sur la téte