SLOVENIE

L’entrée dans ce pays a lieu à Nova Gorizia. Plus de trace de l’ancienne frontière, pas le moindre douanier ou même policier. Par contre j'ai quelques difficultés pour lire les indications ; que de consonnes pour si peu de voyelles! Les v,r,s,c t,j se juxtaposent joyeusement les uns contre les autres .Même le nom de la capitale est original : LJUBLJANA

Si l’Italie n'offre que des platitudes par contre ici, en  quelques kilomètres la nature a complètement changé : bois et prairies entrecoupés de culture et vignoble .Au plat pays  italien répondent vallons et montagnettes, avec des pentes parfois bien supérieure à 10 °/°. Bien souvent je marche sur des routes secondaires. Oui, vraiment, il y a peu de circulation…et  comme d’habitude  des automobilistes donne un petit coup de klaxon…signe d’encouragement ? Je ne demande plus aux gens du pays si en passant par tel ou tel piste, ce serait un raccourci. Ils répondent toujours oui: c'est ainsi qu'à Crnice je me suis trouvé devant l'autoroute...plus de piste!! Et demi-tour. La ville  d’Ajdovscina, qui était sur mon planning une halte intéressante, n’offre à mes yeux pas d’intérêt majeur.je suis particulièrement sensible à la propreté et à la civilité des habitants : pas un papier au sol, par contre des poubelles invitant l’individu à faire un tri (papiers, boites de soda, déchets…) et aux feux chacun s’arrête…même les cyclistes.

Les nuits sont fraîches, de l'ordre de 5 à 7 degrés, et la rosée du matin inonde le dessus de la tente. Donc, dans la journée, je  redéploye celle-ci pour la sécher ; Tout de même quelques petits plaisirs...à Cesta je demande à la propriétaire de la maison attenante,  la permission d'installer ma tente auprès de l’oratoire, qui est abrité par une grande pergola...couverte de  lierres, faisant barrage à l’humidité tombante... Après autorisation elle m'apporte banane, pommes et eau. Et, vers 19h son mari propose un bol de soupe, mais avant,  un verre d'apéritif  genre pastis...mais local et sûrement artisanal ; non, non, même à vous décevoir, je n’ai pas été malade.

Autre  rencontre, dans un village appelé COL…et le bougre, il porte bien son nom, car pour y accéder il y a 6 kms de forte montée. Passant devant un bar –restaurant je m’arrête pour jeter un œil sur la carte…évidemment je n’y comprends rien .Devant la porte, un individu commence  à me parler anglais ! Quelle chance ! je lui réponds que je suis français ; Et surprise Milos Tratnik parle notre langue. Il était  un chauffeur-routier et il a traversé la France de Toulouse à Paris, de Nantes à Strasbourg…et aujourd’hui ne voulant plus voyager il a acheté ce restaurant. Il me propose un Gaspacho (une soupe épaisse de tomate et poivrons, des carrés de bœuf et des pommes de terre) un véritable régal et super bien présenté .Milos est un fan de face de bouc, (à  Facebook).  Bien sûr l’invitation pour faire partie de ses amis…comme d’habitude. Je ne peux lui refuser. Par de petites routes j’arrive à Logatec. Une charmante petite ville, toute en longueur, pas un immeuble que des maisons entourées de grand terrain …et beaucoup de statuettes de nains ou l’on reconnait Timide, Simplet, Prof…Sur les hauteurs deux magnifiques chapelles de construction récentes et…Un peu plus loin : une maison en construction, l’abri idéal pour passer la nuit !je demande l’autorisation au proprio : pas de souci.

Et voici aujourd’hui j’arrive à  Ljubljana, la capitale. J’ai trouvé un Hostel et non un Hôtel .La différence réside dans le prix et la façon d’y vivre : dortoir de 4, salle de bains commune et… le prix 10€ la nuit. Je vais pouvoir faire un brin de toilette !!Et  vous ne pouvez pas savoir comme une douche chaude peut donner de plaisir .Je profite pour faire un peu de tourisme : la cathédrale St Nicolas, ses peintures sur les murs et l’orgue : un monument. Le pont aux dragons, le château qui surplombe la ville, et un marché fruits et légumes aux normes européennes :Tous les mêmes tentes, bien alignées ;les produits frais derrière leurs vitrines réfrigérées…Je voudrais bien goûter aux spécialités, mais avec des noms pareils …je me refugie vers des goreks (pâte feuilletée garnie de fromages ou d’épinards ,genre sacristain chez nous, mais garni) .je suis surpris  à 11 heures du matin, de voir autant de monde consommant aux terrasses des cafés ;autre surprise ,bien des personnes consomme un café avec un verre de vin rouge !  Le coût de la vie a l’air moins cher qu’en France : le café, croissant : 1€30, le kilo de fraises du pays 3€, par contre le prix des produits manufacturés est au même taux.

Nous sommes le samedi 5 avril…je suis dans les temps !! je devrais traverser les villes de : Sévira, Brestanica, Krško, et Brezice .Je serais alors à 40 kms de Zagreb, capitale de la Croatie. Pour l’instant le temps est frais mais beau dans la journée, mais il risque de changer et devenir pluvieux…j’avance…sur la route de la soie

 

 

arrivée dans la capitale...11 heures du matin...Tous au café!!

enfin la tente à l'abri!!toujours agréable de dormir...couvert Une pensée pour nos pauvres SDF...

le brouillard se lève.Sur le chemin piéton, au bord de la Sava, apparaît le village de Krsko