paysage de tous les jours...

des fleurs dans le désert !!!

le camionneur en panne, cela ne l empêche pas de servir le the de l amitié

Ali et safamille...au gardeà vous pour la photo

maison de terre et de boue, un refuge pour la nuit...

iran 9 de Mashhad a Sarrakhs

..Je suis toujours étonné d'arriver à destination et voir la pancarte verte SARRAKHS,donne une nouvelle énergie à mon voyage.Cette semaine n a pas été facile,c'est la traversée du desert! !140 kms de pierres sèches, de sable, de poussière sous un soleil brillant et chaud des neuf heures du matin ,tel a été mon chemin. Au milieu de tout cela, quelques rencontres... Mais des le départ de Mashhad ou j'avais pris la décision de ne plus prendre de bus pour en sortir, on est de suite dans le bain...La route droite file à travers des collines sèches ou quelques épineux survivent, presque plus d 'arbres et la couleur ocre dominante semble séeclaircir, surement due aux rayons ardents du soleil.Un berger au loin me fait signe,il ne doit pas avoir souvent de visite ! Un thé chaud m 'est servi et il me donne une recette pour ne pas avoir la bouche sèche: Il faut mettre un petit caillou sous la langue. C'est vrai, j'en ai fait l'essai, mais au bout d'un certain temps, on ne peut échapper à cette soif  qui vous appelle du fond de vos tripes.Je marche donc avec deux bouteilles d'eau que l'on nomme en iranien "ab",les deux premieres lettres de notre alphabet!!Au village de Shurat Maleki, je suis attiré par cette mosquée à la forme originale , simple sans faience,mais dominant cette bourgade d'une centaine d'habitants.Ali, sort de la mosqéee et vient me saluer, un peu intrigué par ce randonneur barbu ! Au bout de cinq minutes il me propose de me rendre chez lui: je ne me le fait pas dire deux fois! Ali a une petite maison, située sur le haut du village, tèes simple presque pas d' ouverture, et, comme tous, une grande pièce avec tapis. Ali a deux enfants ,il est berger et possède plus de cinq cent bêtes.Dans la pièce règne une déesse: la superbe t élevision, grande, elle est la fierté d'Ali. Il l allume sur la premiere chaine, c'est la prière, alors il tente la seconde:c'est un Imam qui parle, il fait le choix d 'une chaine étrangère et ce sont des danses folkloriques...le gamin se met à danser..pendant ce temps sa femme a preparé le repas . Sur un plateau ,elle porte le pain, le fromage de brebis, production d'Ali ,et une délicieuse confiture de cerises l égerement aigrelette, mais qui me ravit .La photo de famille se fait dans un coin de la pièce et tous au garde à vous , fixent l objectif. L 'heure de partir...Ali m embrasse et touche ma barbe et, pour une fois sa femme, une femme me tend la main !! Sur le seuil de la maison ils me font des gestes d'adieux touchants..Le soir je bénéficie d'une maison ouverte: Ce sont des maisons faites de terre et de boue, sans porte avec un sol lisse qui permet à  la tente d'être posée sur le sol sans les piquets.ces maisons sont à quelques dizaines de mètres de la route...il y en a peu, mais la chance aidant trois soirs de suite, j'ai pu trouver un gite sécurisé..envers les animaux, surtout les chiens..Ils sortent de n'importe ou, et en plus du repousse chien je m'arme de pierres, ce qui reste un élément dissuasif! La route de ce désert inspire quelques uns, comme Hadi. Hadi travaille dans le domaine bancaire et va à Sarrakhs pour un remplacement, mais à ses heures de loisirs il est un acharné de la photographie...et quelle belle cible!!Un marcheur ,dans un chemin poussiéreux, suant et transpirant, mais avançant..Premiere photo :de la voiture. C'est plus confortable.Il s'arrete à coté de moi et m'offre un nescafé ! Nouvelle photo. Hadi repart avec beaucoup de regret...mais non, il s'arrete cinquante mètres plus loin, se met à genou et me filme,marchant vers lui !! Ce n'est pas le seul...mais les Ipod sont plus rapides et faciles à manier! cette route qui mène au Turkmenistan est fréquentée par de nombreux camions et cars. J'ai sympathise avec le chauffeur d'un car rouge qui doit faire l'aller et le retour de Mashhad à Sarrakhs. Les coups de klaxons sont de plus en plus parlants et maintenant en sus de la sonorit,il y a la gesticulation derrière le pare-brise.Cette route peut etre aussi celle des incidents: Gare au bord, roue avant demontee,Mohamad attend la livraison de roulements .Ils se  sont casses. il a determine la casse, appelle son patron et maintement il prend le the avec moi, en plus il a des paquets de biscuits secs!!je n'y connais pas grand'chose en mecanique, mais voyant sur le cric une pierre servant de rehausseur,je ne me suis pas approcher de l'avant du vehicule,les lois de l'equilibre n'etant parfois pas celles auxquelles l'on pense...Dans ce monde iranien, il y a des gens vraiment attentionnes. Une petite camionnette est arrivee, face a moi. Un couple, certainement d'agriculteurs, ages sort du vehicule. Le monsieur vient me serrer la main. Il me porte un litre d'eau ..avec glacons. Son epouse me remet un sachet contenant du pain avec des brochettes de viande hachee..pour completer le tout, un petit melon finira le repas. J'etais emu, de voir ces personnes qui etaient tellement heureuses de leur don avec un sourire de satisfaction.Des bonheurs si simples dans notre vie!,nous avons changer d'heure...c'est en regardant ma montre que Reza m'a indique que nous avons une heure en plus, A six heures le soir :il fait nuit, A six heures le matin il fait jour!!  Mazdavand village de cent cinquante ames, connait une effervescence et une animation inhabituelle : je suis invite a visiter l exposition , commemorant la guerre Iran-Irak. Des photos ou sont mis en valeur les combattants iraniens , photos en noir et blanc  qui me sont commentees...bien sur je ne comprends rien, mais les gens sont tellement satisfaits de ma visite, qu'a la fin, tous veulent me serrer la main!!L'exposition continue un peu plus loin, mais le decor est different:il s'agit de montrer ce qui est bien dans la tenue vestimentaire des filles: le tchador , c'est bien...La mini-jupe et le jean moulant, le corsage: c'est mal..nous sommes pas tres loin de la mosquee..mais cette derniere exposition, ne recoit pas les visites esperees par son auteur !! A une dizaines de kilometres de mon but, je crois rever : la verdure est de retour, des champs de luzernes,et de grosses vannes laissant l'eau sortir du ventre de la terre, l'abondance. la source de vie..Avant de mettre ma tente, pres de ce vert genereux, je vais voir Ali. Ali est le maitre de l'irrigation de ces champs. Des l'aube, jusqu'au soir  il obture, il degage, il ouvre a l'eau bienfaitrice les chemins donnant vie a ce fourrage si precieux, il gere le temps d'ecoulement, il entretient ces canaux, appuye sur son outil de travail: sa pelle.Il me fait signe, dans cinq minutes c'est l'heure  du the...la aussi tout est calcule! Sarrakhs, frontiere avec le Tukmenistan,est une ville agricole et de garnison, avec des rond-point pour ceux qui auraient la gorge seche en venant ici, qui rappellent que l'eau est abondante dans ce pays. Janah m'offre un the de bienvenue dans sa ville..c'est la photo d'en haut...la fatigue de cette semaine partira dans quelques jours..C'est une petite ville animee,avec des personnes ayant des turbans et barbes blanches,des femmes aux tchadors noirs une petite ville ou je vais trouver un petit hotel. La douche, ignoree pendant cinq jours, va connaitre un jouisseur de l'eau !! J'ai ete controle cinq fois en une semaine,a chaque fois j'ai du presenter mon passeport... demain je passe la frontiere., demain je ferais un topo sur mon passage en iran.vous saurez tout, tout...sur l 'Iran

 

a l entree de Sarrakhs une cruche vous fait saliver apres la traversee du desert!!

maison dans le desert...ancien caravanserail ??

un petit coucher de soleil pour en finir avec l 'Iran

nous sommes a deux pas du turkmenistan, et des femmes viennent faire des achats a Sarrachs